Les comptes bancaires suisses souffrent un peu (ou pas !) d’une image quelque peu sulfureuse, mais qui tend de plus en plus à s’améliorer. Les comptes en Suisse ont été connus pendant longtemps comme étant LA solution pour toute personne souhaitant s’évader fiscalement, voire pire, cacher de l’argent sale. Les gouvernements ont depuis remédié à cela, et le célèbre secret bancaire n’est aujourd’hui plus du tout ce qu’il était. Mais ce que beaucoup semblent oublier, c’est qu’il est aussi tout à fait légal de posséder un compte en Suisse, à partir du moment où on le déclare aux services fiscaux du pays de résidence, à savoir la France. Avoir un compte en Suisse peut avoir aussi de nombreux avantages, et chacun y trouvera ses raisons. Dans cet article, je vais surtout vous expliquer quelles sont les étapes et les solutions pour ouvrir un compte bancaire dans ce pays.

    Étape #1 : Bien choisir sa région

    La Suisse est un pays qui compte quatre langues officielles : le français, l’allemand, l’italien et le romande (le suisse, en d’autres termes). Divisée en 26 cantons, la Suisse a des langues diversifiées en fonction de la région dans laquelle vous vous trouvez. Il y a une logique géographique, puisque vous allez trouver des Suisses parlant l’italien dans le sud du pays, parlant allemand dans le nord/nord-est, et parlant le français dans la partie ouest. La ville dans laquelle se situera la banque de votre choix devra donc de préférence se situer dans un canton de l’ouest du pays, sauf bien sûr si vous parlez couramment une des autres langues. Ainsi, il y a 4 principales régions francophones en Suisse : le canton de Genève, le canton du Jura, le canton de Neuchâtel et le canton de Vaud. Les cantons de Berne, du Fribourg et du Valais sont quant à eux bilingues allemand/français, vous pouvez donc aussi les inclure dans votre liste de souhaits.

    Étape #2 : Bien choisir sa banque

    Choisir sa banque avec soin est évidemment une étape primordiale, que l’on ouvre un compte en Suisse ou ailleurs. La Suisse compte actuellement plus de 300 établissements bancaires, classés en 7 différentes catégories par la Banque Nationale Suisse :

    • Les grandes banques : elles sont similaires aux banques françaises traditionnelles en termes de prestations et de services. Cependant, elles ne sont pas accessibles à tous, car les frais qu’elles pratiquent sont très élevés, encore plus pour les personnes résidant à l’étranger. Seuls les gros portefeuilles intéresseront ce type d’établissement.
    • Les banques cantonales : elles sont en quelque sorte des banques locales. Ce sont les cantons justement qui les détiennent en majorité, ce qui implique qu’ils assument une partie des garanties de la banque. L’avantage est que ces banques sont beaucoup moins chères et offrent des services de proximité.
    • Les banques régionales et caisses d’épargne : ces banques sont spécialisées pour l’épargne ainsi que les prêts hypothécaires. Elles sont donc surtout à envisager si vous souhaitez ouvrir un compte dans le but d’épargner de l’argent ou d’effectuer un crédit immobilier.
    • Les banques « Raiffeisen » : ce sont de petites coopératives autonomes qui sont spécialisées en épargne et en crédit.
    • Les banques  commerciales, boursières et autres banques de gestion : comme leur catégorie l’indique, elles sont préconisées si vous souhaitez ouvrir un compte professionnel, ou investir en bourse, ou plus généralement faire fructifier votre patrimoine.
    • Les banques étrangères.
    • Les banques privées : elles sont spécialisées en gestion de fortune.

    Enfin, hors catégorie (aux yeux de la Banque Nationale Suisse en tout cas), il y a également la banque Postfinance, qui est en quelque sorte l’équivalent Suisse de notre Banque Postale. Elle présente l’avantage de proposer une gestion de compte à distance et en euros.

    Étape #3 : L’ouverture du compte en Suisse

    Contrairement à certains autres pays, pour ouvrir un compte en Suisse, vous n’avez pas nécessairement besoin de vous rendre sur place. La majorité des banques suisses offrent la possibilité d’effectuer toutes les démarches nécessaires à distance. Pour ce qui est de l’ouverture de compte en elle-même, elle ne diffère pas beaucoup d’une ouverture de compte en France. Pour ouvrir un compte en Suisse, vous devrez donc fournir les pièces justificatives suivantes :

    • Une pièce d’identité
    • Un justificatif de domicile datant de moins de 3 mois (facture d’électricité, gaz, abonnement internet etc.)
    • Le banquier peut également vous demander éventuellement de fournir des preuves concernant le premier dépôt que vous effectuerez. Par exemple, si c’est une somme issu d’une vente immobilière, il peut s’agir de l’acte de vente. S’il s’agit de votre salaire, le dernier ou les trois derniers bulletins de salaires pourront vous être demandés.

    Le dernier justificatif que j’ai cité n’est pas systématique. Cependant, s’il est souvent demandé, c’est aussi parce que la plupart des banques suisses exigent un dépôt minimum de votre part à l’ouverture du compte, ainsi que le maintien permanent d’un solde minimum sur le compte. Le montant de ce dépôt et de ce maintien minimum varie d’une banque à l’autre.

    Enfin, concernant les moyens de paiement, sachez que seuls les chèques ne sont quasiment jamais utilisés par les banques suisses, pour une raison simple : leur coût de gestion extrêmement élevé surtout lorsqu’il s’agit d’un encaissement dans un pays étranger, ainsi que les délais d’encaissement qui sont eux aussi fortement allongés.

    Étape #4 : Déclarer son compte en France

    Afin de rester dans la légalité, vous devrez déclarer aux services fiscaux français que vous possédez un compte bancaire en Suisse. Cette déclaration est très simple. Sur votre prochaine déclaration d’impôts, vous devrez cocher la case qui concerne les comptes à l’étranger. Cette case est à cocher qu’il s’agisse d’une ouverture de compte comme d’une fermeture, ainsi que chaque année de détention du compte. Vous devrez également joindre à votre déclaration le formulaire n°3916 dûment rempli, que vous pouvez télécharger sur internet ou demander à votre service des impôts le plus proche.

    Conclusion :

    Parmi tous les pays étrangers, la Suisse est le pays dans lequel il est le plus simple d’ouvrir un compte. Tout peut être géré à distance donc, même si vous habitez loin de la Suisse, cela ne vous empêche en rien d’y ouvrir un compte bancaire. Même si leur célèbre secret bancaire est en train de disparaître, il est encore très intéressant de posséder un compte en Suisse pour de nombreuses autres raisons. Votre argent y sera conservé dans la plus grande sécurité. En effet, le fait que la Suisse ait conservé sa propre monnaie a pour conséquence qu’elle met votre patrimoine à l’abri d’une éventuelle défaillance de l’euro, ce qui n’est pas totalement dénué de sens en cette période de crise. Par ailleurs, les garanties de remboursement en cas de faillite de la banque sont plus élevés, et les banques suisses proposent une gamme de services plus large et plus personnalisée, avec souvent des services « à la carte » (contrairement aux forfaits bancaires français remplis de services dont la plupart des clients n’ont pas besoin). Ainsi, que vous souhaitiez ouvrir un compte pour épargner, investir, ou tout simplement y gérer votre argent au quotidien, la Suisse est un excellent choix, tant dans la simplicité des démarches que dans le rapport qualité/prix des services proposés.

      Voir aussi: Bourse