Beaucoup de couples, au moment de s’installer ensemble et qu’ils soient ou non mariés, optent encore pour l’ouverture d’un compte commun. Ce dernier semble beaucoup plus pratique pour la gestion des finances du couple au quotidien, et sous certains aspects, c’est effectivement le cas. Néanmoins, ouvrir un compte commun présente aussi certains inconvénients non négligeables, qui peuvent aller de la petite gêne quotidienne à la situation désastreuse inextricable qui dure longtemps ! Par ailleurs, les couples où chacun conserve son compte personnel s’en sortent tout aussi bien dans la gestion courante de leurs dépenses, voire mieux. Comme avant tout prise de décision, avant d’ouvrir un compte commun, il vous faudra peser le pour et le contre. Dans cet article, vous allez pouvoir avoir un aperçu des contres. Voici 4 bonnes raisons de ne pas dire oui au compte commun, pour le meilleur et pour le pire !

    Raison #1 : Les dépenses

    Sur un compte commun, les deux conjoints sont titulaires, et cela signifie que les deux sont solidaires, chacun à hauteur de 50%, de tout ce qu’il se passe sur le compte joint. Ainsi, aucun des deux ne peut s’opposer aux dépenses effectuées par l’autre. Vos deux salaires seront domiciliés sur le compte (ce n’est pas obligatoire, mais c’est le seul « intérêt » du compte joint par rapport à deux comptes séparés) ; l’avantage est évidemment une facilité de gestion, mais attention, les deux salaires serviront à TOUTES les dépenses ! Les dépenses alimentaires, les factures, mais aussi les vêtements de madame et la moto toute neuve de monsieur (sans mauvais cliché !). Même si, là, tout de suite, vous êtes amoureux et n’attendez que de pouvoir franchir le pas de la cohabitation, réfléchissez bien, car le compte joint peut très rapidement devenir une source de disputes. On dit que les bons comptes font les bons amis, sachez qu’ils font aussi les bons amants !

    Raison #2 : Les dettes

    Qui dit dépenses dit dettes, et là aussi, chacun est solidaire des dettes de l’autre. Cela signifie aussi que si l’un n’est pas en mesure de rembourser une dette, l’autre devra s’en charger obligatoirement et sans aucun recours possible. Ce statut est encore plus strict que celui d’un garant par exemple. Ici, chaque dépense ou dette générée par un des deux conjoints est considérée comme ayant été générée par les deux. Ce critère est valable pour tous les types de dettes, qu’il s’agisse d’un crédit ou d’un simple découvert.

    Raison #3 : L’interdit bancaire

    C’est certainement la raison la plus effrayante, car oui, si l’un de vous se retrouve interdit bancaire, l’autre aussi ! En réalité, c’est aussi le compte joint qui se retrouve interdit bancaire en quelque sorte, donc le second conjoint pâtit de la situation fâcheuse du premier. Si par exemple l’un des deux émet des chèques sans provision, c’est sur le compte que l’émission de chèques sera bloquée, donc l’autre conjoint n’y aura pas accès non plus. Mais le plus gênant est que les deux seront fichés à la Banque de France ; donc même si vous avez d’autres comptes à votre nom propre, ils seront également touchés par l’interdit bancaire. Ainsi, si l’un des deux conjoints devait se retrouver dans une telle situation, ne serait-il pas préférable que l’autre puisse lui venir en aide financièrement car il n’aura pas été touché par cet interdit bancaire et tous les inconvénients et blocages qui en découlent ? Parmi toutes les raisons évoquées dans cet article, celle-ci est sans doute la meilleure !

    Raison #4 : La séparation du couple

    Il n’est pas facile d’envisager le pire quand on est en train de vivre le meilleur. Pourtant, un compte commun peut vite s’avérer être une source de problèmes en cas de séparation du couple, d’autant plus si cette séparation ne se fait pas en bons termes. Vous avez toujours la possibilité, à tout moment et en cas de problème, de vous désolidariser du compte joint, qui deviendra alors un compte classique qui restera au nom du conjoint restant. Pour cela, il vous faudra en faire la demande à votre banque par lettre recommandée. Autant dire qu’en cas de problème, le compte aura largement le temps d’être vidé dans ce laps de temps ! Donc, si votre conjoint décide de dépenser tout l’argent du ménage, d’un coup, vous ne pourrez pas vous y opposer ! Par ailleurs, une séparation ne vous désolidarisera pas de vos dettes communes, même si vous vous désolidarisé du compte, car ces dettes auront été contractées avant la séparation.

    Conclusion :

    Le dicton qui dit que les bons comptes font les bons amis s’applique encore plus lorsqu’il s’agit d’un couple. Même si un compte commun peut sembler faciliter la gestion du budget au quotidien, il est au final plus une source d’ennuis et de scènes de ménage qu’une réelle amélioration. Beaucoup de couples, malheureusement, se détériorent à cause de problèmes d’argent. Garder vos comptes séparés ne vous empêchera en aucun cas de vivre ensemble tout en gérant les dépenses ; la seule différence est que les prélèvements seront faits sur deux comptes différents. En revanche, cela pourra vous éviter bien des ennuis, à vous comme à votre conjoint, et à long terme, vous vivrez plus sereinement.

      Voir aussi: Bourse