Nos parents, et même nos grands-parents, ne pensaient pas à leur retraite avant l’âge de 30 ans. À l’époque, on avait la chance de trouver du travail dès la sortie de l’école, et bien souvent, on restait dans la même entreprise jusqu’à la retraite, qui était alors assurée. Aujourd’hui, la situation est devenue totalement différente, et cela met déjà en difficulté certains nouveaux retraités, qui sont encore issus de la génération précédente. En effet, il devient exceptionnel de passer toute sa carrière dans la même entreprise, et la majorité des Français connaissent au moins une fois dans leur carrière une période plus ou moins longue de chômage. Par ailleurs, le système de financement des retraites bat de l’aile, si bien que la génération actuelle n’a aucune garantie que ce système ne se sera pas effondré d’ici là, ni aucune garantie qu’une autre solution sera trouvée. Il devient donc primordial de préparer soi-même sa retraite, et ce le plus tôt possible. Bien que cela ne soit pas un réflexe chez les moins de 30 ans, étant donné que ce n’était déjà pas un réflexe chez nos parents, il faut le plus tôt possible penser à ses vieux jours. Le plus prudent est en fait de raisonner de la façon la plus pessimiste possible, afin d’avoir, espérons-le, de bonnes surprises à terme. En clair, il faut préparer sa retraite comme si celle de l’État n’existait déjà plus ! Quels que soient vos moyens, même la plus petite épargne sera la bienvenue. C’est le début de la richesse, comme le dit le dicton. Idem pour d’éventuels investissements. Voici donc 5 astuces pour bien préparer sa retraite avant 30 ans, pour qu’elle soit la plus douce et agréable possible.

    Astuce #1 : Le plan d’épargne retraite populaire (PERP)

    Lorsqu’on envisage de préparer sa retraite, c’est la première solution qui nous vient à l’esprit la plupart du temps. En effet, le plan d’épargne retraite populaire est un produit d’épargne à long terme qui permet d’obtenir, à partir de l’âge de la retraite, un revenu régulier. Il permet plusieurs possibilités à terme, comme récupérer son capital sous forme de rente viagère, sous forme de versements ponctuels, ou par l’acquisition d’un bien immobilier. Il peut être souscrit auprès d’une banque, compagnie d’assurance, organisme de prévoyance ou mutuelle. L’argent versé sur un PERP est en principe bloqué jusqu’à l’âge de la retraite (ce qui protège de la tentation de puiser dedans inutilement), mais vous avez la possibilité de faire des retraits anticipés dans des cas bien précis, tels que :

    • invalidité
    • décès de l’époux ou du partenaire de Pacs
    • expiration des droits aux allocations chômage
    • surendettement
    • cessation d’activité non salariée à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire

    Un autre avantage de ce produit d’épargne est que les versements sont totalement libres. Aucun montant minimum n’est imposé, et vous pouvez choisir de faire des versements ponctuels quand vous le souhaitez ou de faire des versements programmés. Vous pouvez donc adapter vos versements en fonction de votre budget.

    Astuce #2 : Le contrat d’assurance-vie

    Le contrat d’assurance-vie est un produit d’épargne qui a un fonctionnement globalement similaire au plan d’épargne retraite populaire. En réalité, c’est le PERP qui est une variante de l’assurance-vie. Concernant les versements, vous pouvez choisir un contrat à versements périodiques fixes : attention toutefois, en cas de défaut d’un versement, l’assureur peut résilier votre contrat ou en réduire les garanties. D’autres contrats proposent des versements libres, plus souples car vous pouvez adapter votre épargne à votre capacité financière. Enfin, certains contrats proposent un versement unique à la souscription, ce qui peut tout à fait convenir si votre objectif est de déplacer un capital déjà créé, d’un livret vers une assurance-vie par exemple.

    À la fin de votre  contrat d’assurance vie, vous avez également le choix entre demander à ce que tout votre capital vous soit reversé, et le demander sous forme de rente viagère. Vous désignerez également un bénéficiaire en cas de décès.

    Astuce #3 : La bourse

    Si votre aversion au risque n’est pas trop élevée, vous pouvez opter pour des solutions certes plus risquées, mais qui sont plus rentables. Pour cela, la bourse est une très bonne option. Plusieurs produits bancaires permettent de placer son argent en bourse. Les contrats d’assurance-vie permettent déjà, selon les contrats, de placer une partie de son capital dans des actifs boursiers. Sinon, vous pouvez opter pour un PEA, ou Plan d’Epargne en Actions.

    Le PEA présente l’avantage d’être exonéré de l’impôt sur le revenu, à condition de ne pas effectuer de retrait pendant au moins 5 ans. Il vous permettra de gérer un portefeuille d’actions afin de faire fructifier votre capital. Il est composé d’un compte titres sur lequel sont investies les différentes valeurs mobilières ainsi que d’un compte espèces permettant la transition des fonds lors des opérations d’achats et de ventes, le versement des dividendes ou le prélèvement de différents frais. Aucun minimum de versement n’est exigé à la souscription, ni par la suite. Les versements sont donc libres, et doivent obligatoirement être effectués en numéraire, c’est-à-dire en espèces, par chèque ou par virement.

    Astuce #4 : L’immobilier locatif

    Pour bien préparer sa retraite, l’épargne n’est pas la seule option possible. Vous pouvez aussi, si votre budget le permet, ou si vous pouvez faire un crédit, opter pour l’investissement. Grâce à un bon investissement (ou plusieurs !) dans des biens immobiliers destinés à la location, vous pourrez générer un revenu passif qui pourra faire office de « pension » de retraite pour vos vieux jours, et qui en plus, en attendant, constituera pour vous un bon revenu complémentaire. Si vous faites un crédit, en faisant bien vos calculs, les loyers peuvent vous permettre de l’autofinancer.

    Quand on n’a moins de 30 ans, il est de moins en moins fréquent d’avoir les fonds ou les capacités d’emprunt nécessaires pour acheter un appartement ou une maison. Pourtant, cela n’empêche en rien d’investir dans des produits immobiliers locatifs, puisque certains ont des prix d’achats beaucoup plus faibles, et permettent de se constituer un patrimoine qui peut être à terme tout aussi conséquent, mais de façon plus progressive. Ainsi, si vous n’avez pas la possibilité d’acquérir un logement à louer avant 30 ans, vous aurez la possibilité d’opter pour un investissement dans un garage ou des places de parking. En effet, les prix des garages se situent en moyenne autour de 25 000€, et il est possible d’acheter une place de parking pour quelques milliers d’euros seulement (environ 4 000€ voire moins suivant l’emplacement). Ensuite, ces types de biens peuvent se louer entre 40 et 80€, voire plus dans la capitale.

    Ainsi, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le marché de l’immobilier n’est pas accessible qu’aux « riches », et même de jeunes investisseurs peuvent se construire, petit à petit, un portefeuille d’investissements immobiliers intéressant.

    Astuce #5 : La diversification

    C’est l’astuce ultime, la meilleure façon de bien préparer sa retraite. Afin de s’assurer une retraite qui soit la plus fiable et la plus élevée possible, l’astuce qui fonctionnera à tous les coups et qui vous assurera d’atteindre vos objectifs, c’est la diversification ! Pour suivre la règle d’or qui dit qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier, il est important, lorsqu’on prépare soi-même sa retraite, de diversifier son portefeuille d’épargne/investissement.

    Une des raisons pour lesquelles il est important de construire sa retraite le plus tôt possible est que cela prend du temps. Ce temps doit aussi être consacré à diversifier votre portefeuille, à mêler épargne et investissement, tout en respectant vos moyens, votre aversion au risque, et vos objectifs à atteindre. Vous pouvez par exemple épargner régulièrement sur un PERP, tout en investissant dans des biens immobiliers, ou mélanger investissement en bourse et assurance-vie, même si votre contrat d’assurance-vie contient déjà des actifs boursiers. Dans ce cas, il n’y a pas de solution de diversification qui soit réellement meilleure qu’une autre, car elle dépendra essentiellement de votre profil. Vous pouvez demander conseil à votre conseiller financier ou à un courtier, expert en immobilier etc. afin qu’il vous guide vers la solution qui vous conviendra le mieux.

    Conclusion :

    Grâce aux différentes solutions que je vous ai données, vous pourrez trouver votre propre rythme de croisière pour préparer votre retraite en toute sérénité. Plus vous commencerez tôt, mieux ça sera ! En revanche, il ne s’agit pas non plus de devoir se serrer la ceinture jusqu’à la retraite. C’est là qu’est toute l’importance de trouver le juste équilibre entre épargne, investissement, et votre reste à vivre, avec lequel vous pourrez vivre au quotidien sans vous priver de façon drastique, et continuer à avoir des loisirs, partir en vacances etc. Il faut aussi se débarrasser de l’idée que l’épargne et l’investissement n’est réservé qu’à ceux qui gagnent beaucoup d’argent. Car même ceux qui gagnent de petits salaires, en mettant quelques dizaines d’euros de côté chaque mois, obtiendront des résultats et se construiront un capital. L’épargne et l’investissement, que ce soit ou non pour la retraite et malgré le passage de la crise, reste encore accessible à tous, et reste indispensable pour améliorer sa qualité de vie.

      Voir aussi: Bourse