Les marchés financiers peuvent faire rêver, avec leurs promesses de gains, mais ils peuvent aussi donner des cauchemars, tant les règles qui les régissent peuvent sembler obscures. Nous allons dans cet article vous donner quelques pistes pour réussir vos premiers pas dans le monde de la bourse et des marchés. Il est essentiel que vous y entriez aussi préparé que possible ; on pourrait en effet établir ce dicton quand il s’agit des marchés : rater sa planification, c’est planifier un ratage. Nous allons ici faire en sorte que vous planifiiez de futurs succès !

    Piste #1 : Les mots s’envolent, les écrits restent

    Un autre vieux dicton, mais il est de circonstance : prenez en note, ne serait-ce que les grandes lignes de votre plan, écrivez-les noir sur blanc et vous aurez déjà fait un grand pas en avant. Personne n’emporte de mises durables sur les marchés en s’y lançant à l’aveuglette et en se contentant de son intuition, aussi bonne soit-elle. En ayant la référence concrète d’un plan établi à l’avance, vous dépasserez déjà de la tête et des épaules bon nombre d’aventuriers de la Bourse. En effet, avoir un mauvais plan écrit est en un sens meilleur qu’avoir un bon plan dans sa tête : vos notes sont autant de références sur lesquelles vous pourrez vous baser pour déterminer les raisons de l’échec et apporter les corrections nécessaires. C’est le premier pas pour avoir, au bout du compte, une feuille de route claire pour de futurs succès !

    Il n’y a bien sûr pas que vos écrits : renseignez-vous, lisez sur le sujet ! Les ressources abondent, et vous trouverez sur notre site toute une série d’articles qui vous permettront de vous préparer et de vous permettre de faire vos premiers pas en bourse avec autant d’atouts en main que possible.

    Piste #2 : Marchez avant de courir

    Vous avez été un bon élève, vous avez pris vos notes, lu autant que possible, vous vous êtes renseigné, vous avez mis votre plan sur papier, le moment est venu de le tester… Mais peut-être pas encore en grandeur nature. Dans un premier temps, contentez-vous de suivre les marchés, en simulant vos entrées et sorties, les gains et les pertes que vous auriez générés en suivant votre plan. Faites-le quelques jours de suite : gardez à l’esprit qu’un plan, aussi bon soit-il n’est jamais garanti de réussir à tous les coups. Aussi préparé que vous soyez, vous enregistrerez inévitablement des pertes. Mais ce dont il s’agit ici, c’est de savoir si, sur mettons une semaine, votre plan a la capacité de vous faire rentrer davantage de profits que de pertes, et dans des proportions qui vous satisfassent. Si tel n’est pas le cas, retournez à la planche à dessin et établissez un nouveau plan en tirant profit de ce que vous aurez appris sans que votre portefeuille ait eu à en pâtir !

    Piste #3 : “Connais-toi toi-même”

    La vieille maxime de philosophie est aussi valable si vous vous lancez dans les opérations boursières. Faites votre propre bilan de compétence : avez-vous mis à l’épreuve votre plan, quels ont été les résultats ? Quels risques êtes-vous prêt à prendre ?

    Quand la journée commence, à l’ouverture des marchés, comment vous sentez-vous ? Avez-vous bien dormi ? Vous sentez-vous prêt à faire face aux défis qui s’annoncent ? Ces questions peuvent sembler hors de propos, mais c’est loin d’être le cas. Rentrez sur le marché, quand votre argent est en jeu, implique une part inévitable de stress et d’émotions que vous allez devoir gérer afin qu’elles n’entravent pas votre capacité à prendre les bonnes décisions au bon moment. Que vous soyez énervé, préoccupé, d’une manière ou d’une autre distrait de la tâche que vous vous êtes donné, et vous prenez le risque d’entrer sur le marché en ayant quasiment déjà perdu de l’argent.

    De nombreux traders se créent un mantra qu’ils récent avant d’entrer sur les marchés afin de se mettre dans le bon état d’esprit : n’hésitez pas à suivre leur exemple !

    Piste #4 : Risques et profits

    Il convient de les établir clairement, encore une fois sur papier : il ne s’agirait pas que le feu de l’action vous fasse perdre de vue ce que vous avez établi à tête reposée. Quel pourcentage de votre portefeuille êtes-vous prêt à perdre sur une transaction ? Établissez une marge entre 1% et 5% qui vous corresponde, et tenez vous-y. Si vos pertes devaient se monter à ce pourcentage, tenez-vous à l’écart des marchés pour le reste de la journée.

    Inversement, notez des buts de profits réalistes pour une transaction, et établissez clairement le rapport de risque et de profits qu’elle implique. De nombreux investisseurs considèrent qu’une transaction n’en vaut la peine que si les profits potentiels sont trois fois supérieurs aux pertes potentielles. Par exemple, si votre stop est d’un euro part part, le profit escompté devrait être de trois euros par part. Établissez des buts hebdomadaires, mensuels et annuels de profits, et mettez-les à jour quand le budget que vous consacrez aux transactions augmente.

    Piste #5 : Règles de sortie et d’entrée

    Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, établir des règles claires pour sortir d’une transaction est plus important qu’établir ces règles pour y entrer. Cela devrait en tout cas être plus haut sur votre liste de priorités ! De nombreux traders néophytes commettent l’erreur de consacrer la plus grosse part de leur énergie à décider quand entrer, en ne prêtant que peu d’attention à quand et comment sortir d’une transaction. Ils se retrouvent bien souvent perdus quand il faut prendre cette décision ! Sachez donc, avant d’entrer dans une transaction, quelles sont les conditions dans lesquelles vous déciderez d’en sortir. Si le cours rencontre votre stop de perte, ne le prenez pas personnellement, et vendez : mieux vaut subir une perte calculée que de laisser courir une mauvaise transaction : par peur de perdre de l’argent, vous pourriez finir par en perdre encore davantage ! Les traders professionnels perdent plus souvent qu’ils ne gagnent dans leurs transactions, mais la gestion raisonnée des risques, des pertes et des profits font qu’ils sont gagnants financièrement, au bout du compte.

    Quant aux entrées, votre système devrait être assez complexe pour être efficace, tout en restant assez simple pour vous permettre de prendre des décisions rapides. C’est une petite marge de manœuvre, mais la préparation et la pratique vous rendront plus à même de la pratiquer sereinement. Il est inutile d’établir un système où une entrée doit obéir à 20 conditions différentes : vous prenez le risque de laisser votre subjectivité et votre humeur embrumer votre prise de décision.

    Piste #6 : Soyez à jour

    A la fin d’une journée de transactions, les profits et les pertes comptent moins que leur pourquoi et comment. Notez, archivez, soyez le médecin légiste de vos transactions, c’est ce que font les professionnels et le seul moyen d’apprendre de vos erreurs éventuels, tout comme de comprendre les clefs de vos succès pour mieux les reproduire à l’avenir.

    Notez précisément pour vos transaction l’heure, vos cibles, l’entrée et la sortie, les niveaux de support et de résistance, l’écart à l’ouverture, les taux à l’ouverture et à la fermeture, notez vos commentaires, pourquoi avez-vous pris telle ou telle décision. Faites de chaque journée une occasion d’en apprendre davantage sur les marchés ! Il est important que vous ayez aussi, archivées et accessibles, vos notes sur vos transactions précédentes, les systèmes employés, les pertes et les profits rencontrés précédemment.

    Et cela va sans dire, être à jour signifie aussi garder l’œil sur l’état du marché, les nouvelles du monde qui pourraient annoncer les mouvements dont il faudrait profiter ou se garder. Le marché a ses humeurs et mieux vous saurez les anticiper, mieux vous vous porterez !

    Conclusion :

    Un plan efficace sur le papier ne signifie pas que vous engrangerez des profits à tous les coups quand votre argent et vos émotions rentreront en ligne de compte. Mais cela signifie l’assurance que votre plan peut marcher et ce booste en confiance va faire toute la différence. Et au final, vous décider sur tel ou tel système à employer compte moins que de gagner l’expérience et les compétences qui vous mettront à l’écart des doutes et des hésitations quand il s’agira de prendre des décisions rapides.

    Gardez à l’esprit qu’en matière de bourse, il n’y a pas de gains sans pertes, mais avec une préparation adéquate et un plan solide, quand bien même vous perdez inévitablement certaines batailles, au bout du compte vous remporterez la guerre -de nombreux traders néophytes font l’opposé, se souciant davantage des transactions individuelles que des pertes et profits sur moyen et long terme, ce pourquoi ils n’engrangent que peu de profits dans le meilleur des cas. Les investisseurs professionnels traitent les transactions boursières… comme un métier ! Ça tombe sous le sens, mais c’est l’état d’esprit dans lequel vous devez vous mettre, quel que soit votre niveau !

      Voir aussi: Uncategorized