Lorsqu’on est interdit bancaire, on a l’impression d’être pieds et poings liés, ce qui n’est pas totalement faux. Un interdit bancaire fait suite, sauf cas exceptionnel, à des difficultés financières extrêmes. Alors comment, dans ce cas, sortir du « gouffre » ? En principe, une personne en interdit bancaire se retrouve aussi dans l’impossibilité de contracter un nouveau crédit. Alors comment faire en cas de besoin ? Comment, par exemple, acheter une voiture pour pouvoir se rendre à son travail, pour pouvoir gagner de l’argent pour rembourser ses dettes et s’en sortir ? La situation semble à première vue inextricable. La solution idéale consiste bien sûr à résoudre d’abord ses problèmes d’argent, et rembourser ses dettes afin de pouvoir faire lever l’interdiction bancaire et ne plus être fiché à la Banque de France. Cependant, dans les faits, cela ne se passe pas toujours ainsi, et il peut arriver que l’on ait besoin de contracter un crédit pour pouvoir ensuite s’en sortir. Il existe, heureusement, des solutions pour y parvenir. Voici les 6 solutions pour faire un crédit même lorsqu’on est interdit bancaire, ainsi que pour obtenir des aides.

    Solution #1 : Si vous êtes propriétaire

    Le crédit pour interdit bancaire propriétaire

    Si vous êtes propriétaire de votre logement, il vous est possible, même en interdit bancaire, d’effectuer un crédit à la consommation. Votre logement est une garantie pour votre banque, et ce dernier sera donc mis en caution du prêt. Cette solution reste donc très risquée, car s’il s’avère que vous ne pouvez pas rembourser les mensualités, votre logement pourra alors être saisi. Le prêt pour les personnes interdites bancaire propriétaires devra donc être envisagé en dernier recours, étant donné le risque qu’il représente.

    La vente à réméré

    Connaissez-vous la vente à réméré ? Cette méthode est assez peu connue en France, mais très pratiquée dans les pays limitrophes (Belgique, Suisse, Luxembourg etc.). La vente à réméré a pour principal objectif d’aider des personnes en difficulté à s’en sortir, même si tout le monde peut vendre son bien de cette façon. Le principe est simple : vous vendez votre bien immobilier en conservant la possibilité de le racheter plus tard. De cette façon, vous bénéficiez immédiatement des fonds issus de la vente pour éventuellement régler vos soucis financiers, tout en conservant la possibilité de sauver votre patrimoine immobilier une fois que votre situation se sera améliorée. La durée au bout de laquelle vous pouvez racheter votre bien va de 6 mois à 5 ans maximum. Pendant ce laps de temps, vous devenez locataire du nouveau propriétaire de votre bien, et vous lui paierez donc un loyer (ce qui peut être comparé à des mensualités de crédit en quelque sorte). Lors du rachat, il vous faudra payer le prix de départ auquel vous avez vendu votre bien, assorti d’une majoration qui aura été fixée à l’avance. L’avantage de la vente à réméré est qu’elle peut vous permettre d’éviter la saisie de votre bien, et de gagner un temps précieux s’il y a des possibilités à moyen terme pour rembourser vos dettes. Cela ne doit être fait que si des solutions sont possibles dans un futur proche. Le réméré à un coût important, mieux vaut donc avoir étudié les tenants et les aboutissants avant de s’y lancer.

    Solution #2 : Si vous êtes locataire

    Si vous êtes locataire, la situation est un peu plus compliquée, car vous n’avez pas de bien immobilier à faire valoir lors d’une éventuelle souscription à un crédit. En d’autres termes, aucune banque ne vous accordera de nouveau prêt (sauf dans le cas d’un rachat de vos crédits existants pour diminuer vos mensualités), surtout si vous êtes fiché FICP (le fichier des incidents de remboursement de crédit). Cependant, d’autres possibilités s’offrent à vous, qui ne nécessitent pas toujours l’intervention d’une banque. Par exemple, et si vous n’avez pas déjà envisagé cette possibilité, vous pouvez tenter de faire un petit crédit auprès d’un proche, ami ou membre de votre famille. Sinon, vous pouvez également tenter d’effectuer un crédit à l’étranger. Globalement, une personne en interdit bancaire locataire, qui donc ne possède pas de patrimoine à faire valoir, devrai se « débrouiller » et ruser plus que d’autres pour s’en sortir. Mais vous allez voir que les solutions, en fait, ne manquent pas.

    Solution #3 : Les aides de la CAF

    La CAF peut dans certains cas accorder ce que l’on appelle un microcrédit social, pour répondre à une demande de prêt urgent pour interdit bancaire, à condition de pouvoir répondre à certains critères d’attribution. Il faudra notamment dans la majorité des cas être déjà bénéficiaire d’une prestation sociale. La CAF aura également des critères liés aux revenus, qui devront être faibles, ce qui paraît normal, étant donné que dans le cas contraire, tout le monde pourrait accéder à ces aides. Et comme pour tout crédit et tout organisme accordant des crédits, même minimes, il vous faudra leur montrer qu’il vous sera possible de rembourser les mensualités, même si elles sont faibles. Les critères d’acceptation des dossiers varient en fonction du type d’aide demandé, pour en savoir plus, renseignez-vous directement auprès de la CAF.

    Solution #4 : La Croix Rouge

    La Croix Rouge peut elle aussi accorder des prêts aux plus démunis. Ainsi, en cas d’interdit bancaire, vous pourrez faire appel à cette association, soit en contactant la Croix Rouge locale la plus proche de chez vous, soit en passant par les services d’une assistante sociale. La Croix Rouge dispose chaque année d’un budget prêt prévu à cet effet. Les dossiers sont traités suivant leur gravité et leur urgence.

    Solution #5 : Les organismes de rachat de crédit pour interdit bancaire

    Ici, il ne s’agit pas de souscrire un nouveau crédit, mais de racheter les crédits en cours. Concrètement, vous ferez un seul crédit pour regrouper ceux que vous avez, tout en diminuant les mensualités et en augmentant, de ce fait, la durée. Si cette solution ne vous apportera pas d’argent supplémentaire, elle pourra au moins vous permettre de dépenser moins chaque mois, ce qui peut grandement contribuer à vous faire « remonter la pente » et sortir du cercle infernal de l’interdit bancaire. Cela peut aussi vous éviter une saisie de votre propriété si vous en avez une. Outre les banques, il existe également des organismes spécialisés dans les rachats de crédits.  Si vous êtes fiché FICP, vous aurez plus de difficultés à trouver un organisme qui acceptera votre dossier. Cependant, ce n’est pas impossible pour autant, et cela peut être une bonne première étape vers une solution durable.

    Solution #6 : Les prêts entre particuliers

    D’une manière générale, les prêts entre particuliers se développent de plus en plus, car de plus en plus de personnes apprécient fortement de pouvoir emprunter de l’argent sans passer par les banques et tous les inconvénients qu’elles entraînent. Les prêteurs particuliers gagnent de l’argent, et les emprunteurs font des économies non négligeables, car les taux d’intérêts sont très compétitifs. Ce système s’inscrit dans la lignée de l’économie collaborative. L’inconvénient est que les particuliers qui prêtent de l’argent demandent évidemment des garanties. Vous devrez présenter un dossier solide leur garantissant un remboursement régulier de votre part. Pour souscrire un crédit entre particuliers, il existe des organismes spécialisés, que vous trouverez facilement sur internet. Si les débuts ont été un peu chaotiques, aujourd’hui ces organismes sont sérieux et fiables, apportant des garanties de sécurité aux deux parties. Vous pouvez par exemple visiter le site PEP ou encore Prêt d’Union.

    Conclusion :

    Se retrouver interdit bancaire peut faire très peur. On se sent pris à la gorge, au pied du mur, sans solution pour s’en sortir. Pourtant, et heureusement, c’est faux ! Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions ; ce choix vous permettra de trouver celle qui conviendra le mieux à votre situation. Vous pouvez également cumuler plusieurs d’entre elles, par exemple en contractant un prêt entre particuliers tout en bénéficiant d’aides sociales de la CAF. J’espère que cet article vous aidera à résoudre vos difficultés financières, afin de repartir sur de bonnes bases et pouvoir vivre plus sereinement le plus rapidement possible.

      Voir aussi: Bourse