Malheureusement, le nombre de personnes subissant un surendettement est de plus en plus grand. La principale raison est encore une fois la crise, dont une des conséquences est une vie qui coûte de plus en plus chère, pour des revenus qui n’augmentent pas en conséquence. Entre le nombre d’emplois qualifiés mais payés au SMIC de plus en plus important, le gel des salaires au sein de plus en plus d’entreprises etc. il est de plus en plus difficile pour beaucoup de joindre les deux bouts. On fait alors des crédits à la consommation, et c’est le cercle vicieux infernal qui commence. Une fois que l’on se retrouve en situation de surendettement, on se sent souvent pris à la gorge, sans savoir comment on va faire pour s’en sortir. Pourtant, il existe des solutions, et avec du temps et de la persévérance, tout le monde peut se sortir de ce genre de situation. Voici 6 solutions pour vous sortir le plus rapidement possible de cette mauvaise passe.

    Tout d’abord, qu’est-ce que le surendettement ?

    Quand on parle de surendettement, il ne s’agit pas de situations où vous vous retrouvez à découvert pendant quelques mois. Le surendettement est en réalité bien plus grave que cela. On est en situation de surendettement lorsque les dettes sont devenues trop importantes par rapport aux ressources, si vous ne pouvez plus rembourser les mensualités de vos emprunts ou si vous êtes incapable de faire face à un acte de cautionnement. Ce type de situation doit être « installé » dans la durée pour être considéré comme un sudendettement, comme le précise la définition du surendettement trouvé sur le site de la Banque de France :

    «  1) Vous pouvez être en situation de surendettement si vous ne parvenez plus, malgré vos efforts et de façon durable :
    – à rembourser vos mensualités de crédits
    – et/ou plus généralement à faire face à vos dettes non professionnelles.

    2) Votre situation de surendettement peut avoir différentes origines, notamment :
    – un nombre trop important de crédits
    – une baisse durable de vos ressources à la suite par exemple d’une perte d’emploi, d’une séparation ou d’une maladie. »

    Si vous vous apercevez que vos loyers, charges, assurances multiples et autres dépenses de la vie courante pèsent de plus en plus lourd sur votre budget, faites le point sur votre situation financière. De même, plusieurs échéances de prêts non payées, des chèques rejetés, des loyers impayés etc. traduisent, sans aucun doute, une situation de surendettement.
    Les personnes en surendettement se sentent souvent coupables, à tort, car dans la majorité des cas, il s’agit de travailleurs aux revenus modestes victimes d’un changement de situation regrettable, tel qu’une perte d’emploi, un divorce, une maladie, un accident etc., et non d’emprunteurs compulsifs accros au shopping !

    Solution #1 : Contacter sa banque

    Si vous vous apercevez que vous entrez dans une situation de surendettement, la première chose à faire est de ne pas laisser les choses trainer et donc empirer. Ainsi, la première chose à faire dans ces cas-là est tout simplement de contacter votre banque. Votre conseiller financier est avant tout là pour vous aider, ce n’est pas votre ennemi ! C’est un expert au fait des réglementations en vigueur et du fonctionnement du monde de la finance, qui saura vous conseiller sur les mesures nécessaires à prendre immédiatement afin d’éviter que votre situation ne s’aggrave. Il vous donnera également des pistes sur les différentes solutions qui s’offrent à vous en fonction de votre situation, pour vous sortir le plus tôt possible du surendettement.

    Solution #2 : Prévenir ses créanciers

    Une fois que vous aurez contacté votre conseiller financier, la seconde chose à faire le plus rapidement possible est de prévenir vos créanciers. Le but est de trouver un accord amiable pour obtenir des délais de paiement supplémentaires, la mise en place d’un échéancier ou la renégociation d’un prêt. Pour le créancier, le plus important est d’être remboursé, mais c’est pour cette raison qu’il sera enclin à vous aider. Si vous choisissez de ne pas le prévenir, vos retards de paiement pourraient le faire réagir par d’autres moyens beaucoup moins agréables, tels que les démarches de recouvrement avec un huissier par exemple. Ainsi, soyez le plus transparent possible afin que ces organismes soient convaincus de votre bonne foi et de votre volonté de rembourser votre dette. De même, profitez-en pour vérifier si votre situation (chômage, divorce etc.) est couverte par les assurances de vos crédits.

    Solution #3 : Stopper les prélèvements automatiques

    Lorsque vous préviendrez les organismes auxquels vous devez de l’argent de votre nouvelle situation, demandez-leur également de stopper les prélèvements automatiques. De même, prévenez votre banque que vous mettez fin à tous les prélèvements automatiques ou à une partie d’entre eux. En stoppant ces prélèvements, vous pourrez avoir plus de temps et de souplesse pour réorganiser la gestion de votre budget. En revanche, n’oubliez pas qu’une fois les prélèvements automatiques stoppés, vous devrez effectuer tous vos paiements manuellement, ce qui nécessite plus de rigueur. Stopper les prélèvements vous permettra aussi d’établir de nouveaux échéanciers de paiement avec vos créanciers, avec de nouveaux montants à payer.

    Solution #4 : Ne faites surtout pas de nouveau crédit

    Lorsqu’on est endetté, on est souvent tenté de contracter un nouveau crédit pour rembourser ses dettes en cours. C’est la plus mauvaise chose à faire ! C’est à cause de ce genre de solution, que certains conseillers financiers malveillants n’hésiteront pas à vous proposer, que la spirale infernale démarre dans beaucoup de cas. Tout ce que vous obtiendrez comme résultat, c’est de vous endetter encore plus, avec de nouveaux crédits à la consommation dont les taux sont, en plus, souvent exorbitants ! De même, si vous possédez un ou plusieurs crédits renouvelables, c’est-à-dire des crédits où vous avez une somme d’argent disponible en permanence, à crédit bien sûr, demandez leur clôture ! En effet, là encore, plus vous entamerez le solde disponible pour rembourser vos dettes, plus vous augmenterez en réalité ces dernières.

    Solution #5 : Contacter des associations d’aide

    Pour vous sortir de cette situation, vous n’êtes pas seul ! Il existe des associations spécialisées dans l’aide des personnes victimes d’une situation de surendettement. C’est notamment le cas de l’association Cresus, qui conseille les personnes en situation d’endettement ou de surendettement. L’association Cresus assure également le suivi et l’accompagnement des procédures de surendettement. L’association Cresus possède un site web par région, voici par exemple celui d’Île de France : www.cresus-iledefrance.org. Vous pouvez aussi faire appel au Centre communal d’action sociale de votre lieu de résidence (CCAS) ou, à défaut, au service social du Conseil général, à la Chambre Régionale du Surendettement Social, ou encore à la Circonscription de Service Social Départementale. Ils vont notamment vous aider à négocier un allègement de vos échéances avec vos organismes de crédit.

    Solution #6 : Déposer un dossier de surendettement

    En dernier recours, si les solutions précédentes n’ont pas suffi à vous sortir du surendettement, si vous n’avez pas pu trouver d’accords avec vos créanciers pour palier à votre situation, il vous reste la possibilité de déposer un dossier de surendettement. Les formulaires de déclaration de surendettement sont disponibles gratuitement à la Banque de France, il vous suffit de trouver l’établissement le plus proche de votre domicile. Le dépôt d’un tel dossier devant la commission de surendettement, peut, s’il est accepté, suspendre le remboursement de vos crédits et votre découvert pour une durée pouvant aller jusqu’à un an, mais il implique aussi votre inscription automatique dans le « Fichier national des Incidents de remboursement sur les Crédits aux Particuliers (FICP) ». Ce fichier vous empêche de souscrire à de nouveaux crédits tant que votre situation n’est pas régularisée. Le but de cette démarche est avant tout de vous protéger, et de vous éviter d’empirer votre situation en vous laissant convaincre par des créanciers mal intentionnés, ou mal informés de votre situation. Le fichier est géré par la Banque de France.
    Une fois que votre dossier est déposé, il est évalué par une commission qui dispose de trois mois pour juger de la recevabilité de votre dossier. Au cours de cette période, vous êtes tenu de continuer à régler vos dettes, dans la mesure du possible, et évidemment de ne pas aggraver votre situation. Si toutefois, pendant cette période, l’un de vos créanciers vous envoie un courrier, ou pire, un huissier, n’hésitez pas à en informer immédiatement la commission de surendettement. Elle pourra alors saisir le juge qui ordonnera la suspension de la procédure de recouvrement du créancier. Dans le cas de la visite d’un huissier, informez-le de votre situation, et que vous souhaitez informer la commission de sa visite avant d’entamer toute autre procédure. D’une manière générale, plus vous serez transparent avec vos différents interlocuteurs quant à votre situation, plus vous montrerez votre bonne foi, et plus ces derniers seront enclin à vous aider et seront compréhensifs.

    Conclusion

    Se retrouver dans une situation de surendettement est très désagréable. Avant tout, il ne faut pas céder à la panique, ni au désespoir. Les deux pourraient avoir pour conséquence de vous faire aggraver votre situation, sans même forcément le vouloir. Comme vous avez pu le voir dans cet article, des solutions existent, et de nombreux acteurs du secteur financier et associatif sont là pour vous aider à sortir au plus vite de cette situation, et à retrouver une stabilité financière.

      Voir aussi: Bourse