Les frais bancaires sont une plaie pour la majorité des Français. Depuis quelques années, les banques sont dans l’obligation d’envoyer à leurs clients un état annuel de leurs frais bancaires, et bien souvent, la désagréable surprise est de taille. On reproche depuis longtemps aux banques leur trop grande opacité dès qu’il est question des frais bancaires. L’application de certains tarifs est souvent compliquée, voire incompréhensible pour beaucoup de clients. Pourtant, malgré tout cela, il est possible et même assez simple de réduire ses frais bancaires. Voici 7 trucs faciles à appliquer qui vous permettront de faire des économies chaque année.

    Que sont les frais bancaires ?

    Les frais bancaires sont les frais facturés par une banque pour les services qu’elle vous propose. Il existe 4 types de frais bancaires différents :

    1. Les frais bancaires de dépassement: ils sont appliqués si votre compte courant est à découvert sans autorisation, qu’il dépasse le seuil d’autorisation de votre découvert ou qu’il reste débiteur sur une plus longue période que celle prévue dans votre contrat (en général au-delà de 30 jours.
    1. Les frais et commissions bancaires de services : ce sont les frais que vous facturent les banques pour des prestations de service telles que les frais de gestion de compte, la mise à disposition d’une carte bancaire ou l’envoi d’un chéquier etc.
    2. Les frais bancaires de rejet : ils sont prélevés sur votre compte lorsqu’il est débiteur et que la banque rejette vos paiements. Elle est en droit de rejeter certaines opérations, quand votre découvert autorisé est dépassé par exemple, ou encore quand le montant du paiement vous fera dépasser cette autorisation de découvert.
    3. Les commissions d’intervention : elles sont prélevées sur votre compte lorsque la banque rejette vos chèques ou vos prélèvements et qu’elle répercute des frais sur ces opérations.

    Voici comment vous pouvez réduire tous ces frais au maximum, par de petites actions simples à effectuer au quotidien.

    Truc #1 : Retraits dans les distributeurs

    Le retrait dans un distributeur automatique de billets est gratuit lorsqu’il est effectué dans un distributeur de votre banque. Si le retrait a lieu dans un autre distributeur, les tarifs peuvent fortement varier. Cela peut rester gratuit pour certaines banques, ou être facturé au bout d’un certain nombre de retraits mensuels, ou être facturé pour chaque retrait etc. Par ailleurs, les retraits dans des distributeurs à l’étranger, spécialement hors Union Européenne, sont très chers. Ainsi, si vous pouvez vous arranger pour ne faire des retraits que dans les distributeurs de votre banque, et pour retirer de l’argent avant vos voyages (ou privilégier les paiements par carte bancaire), vous ferez déjà quelques économies.

    Truc #2 : Planifiez votre budget

    Le fait de planifier un budget mensuel et de s’y tenir vous aidera fortement à réduire vos frais bancaires. En effet, au moindre petit imprévu menant à un découvert, les frais et autres commissions augmentent très vite. Planifier un budget vous permettra de réduire au maximum ce type de désagrément, et par la même occasion d’avoir une stabilité financière que votre banque ne pourra qu’apprécier, même si vous lui rapporterez moins d’argent ! Ainsi, vous aurez plus de poids le jour où vous devrez éventuellement renégocier votre contrat ou demander un crédit.

    Truc #3 : La carte anti-dépassement

    Planifier un budget et s’y tenir n’est pas toujours chose facile. Si vous avez du mal à le faire ou simplement si vous manquez de temps, un autre moyen d’éviter les découverts et autres rejets de paiements, est de souscrire une carte anti-dépassement, également  appelée carte à autorisation systématique. Avec ce type de carte, à chaque fois que vous voudrez effectuer un paiement ou un retrait, le terminal de paiement électronique vérifiera si le montant disponible sur votre compte est suffisant pour effectuer la transaction. Ce type de carte vous permet donc de ne pas vous retrouver à découvert.

    Truc #4 : Réduisez les chèques

    Le chéquier est un moyen de paiement qui, bien que sur le déclin, est encore très utilisé au quotidien par beaucoup de gens. Le problème, c’est que sa gestion coûte cher aux banques. De ce fait, ces dernières vont chercher à rattraper ces coûts en vous facturant très cher le moindre rejet, qui vous sera facturé entre 30 et 50€, voire plus selon le montant du chèque et l’établissement bancaire. Par ailleurs, le rejet d’un chèque peut donner lieu à un interdit bancaire interne, voire à un interdit bancaire avec « fichage » à la Banque de France. Ainsi, si vous avez la possibilité d’utiliser d’autres moyens de paiement, au point de pouvoir même bannir totalement le chéquier de votre compte bancaire, alors n’hésitez plus ! C’est un moyen de paiement obsolète et dangereux !

    Truc #5 : Soyez un expert

    Les banques aiment, malgré les lois qui tendent à aller contre cela, établir des grilles tarifaires plus compliquées les unes que les autres. Ainsi, beaucoup de clients vont abandonner l’idée d’y jeter un coup d’œil et seront moins attentifs à d’éventuels frais abusifs, ou au placement de nouveaux produits dont ils n’ont pas nécessairement besoin. Ne vous laissez pas faire ! Même si c’est plutôt rébarbatif pour beaucoup, lisez cette grille tarifaire, notez les services dont vous avez vraiment besoin, comparez cela aux services que vous possédez, et si besoin, éliminez les services inutiles en demandant à votre conseiller bancaire de les supprimer. Si tout cela est trop flou pour vous, demandez conseil à une personne de confiance qui s’y connaît en finances (un conseiller financier, mais autre que le vôtre, un comptable, ou simplement quelqu’un qui a regardé et compris en détail la grille tarifaire de sa banque).

    Truc #6 : La gamme de paiement alternatif

    Sachez que depuis la réforme bancaire de juillet 2013, si vos revenus sont particulièrement faibles (RSA, ARE, ASS etc.), vous avez le droit de bénéficier de ce que l’on appelle la gamme de paiement alternatif (GPA) de votre banque (chacune devant en avoir mis une en place), qui est tout simplement une gamme tarifaire préférentielle. Vérifiez simplement que vous entrez dans les critères d’éligibilité auprès de votre banque.

    Truc #7 : Faites jouer la concurrence

    Il faut pour cela faire ce que l’on appelle une veille concurrentielle. Cela consiste tout simplement à vous tenir informé des dernières offres et des derniers tarifs des différents établissements bancaires, qu’il s’agisse de banques physiques ou de banques en ligne. Pour vous aider à rassembler plus facilement et rapidement ces informations, vous pouvez visiter les sites de comparateurs de banques, tels que Panorabanques, Meilleurtaux ou encore LeLynx. Faites toutefois attention à certaines offres, qui sont alléchantes mais souvent à durée limitée, car lors d’une éventuelle négociation avec votre banquier, ce dernier ne manquera pas de le remarquer. Cependant, cela peut jouer en votre faveur si cette promotion aide par exemple à réduire les frais annuels du service concerné.

    Ainsi, faites jouer cette concurrence des offres pour négocier un nouveau service ou renégocier un service que vous possédez déjà. Si ces négociations n’aboutissent pas sur un terrain d’entente équitable, n’hésitez pas à clôturer vos comptes et changer de banque. Les formalités pour changer d’établissement bancaire sont aujourd’hui simplifiées, et presque tout est automatisé.

    Conclusion :

    Par de petites actions ponctuelles ou quotidiennes, il est assez facile de réduire au maximum ses frais bancaires chaque année. Gérer ses finances prend du temps, mais les négliger peut parfois vous coûter cher. Il vaut donc mieux mettre en place ces quelques trucs afin de faire des économies et d’avoir une gestion plus sereine et un meilleur contrôle de son budget, et surtout de ses dépenses.  Vous verrez en appliquant ces quelques conseils simples qu’ils sont beaucoup moins contraignants qu’il n’y paraît, et qu’une fois appliqués, les économies se feront d’elles-mêmes chaque année. Les frais bancaires pouvant atteindre facilement plusieurs centaines d’euros chaque année, ils constituent une dépense importante qu’il est impératif de contrôler au maximum, avec de petites actions adaptées à chacun, à vos connaissances et à vos moyens.

      Voir aussi: Bourse