De nos jours, optimiser un portefeuille de placements semble être une tâche de plus en plus compliquée. L’époque où il suffisait de placer son argent sur des livrets et attendre patiemment que tombent les intérêts chaque année est bien révolue. De nombreux placements autrefois très lucratifs sont aujourd’hui totalement inintéressants. D’autres, toujours intéressants et toujours prisés par les Français, sont de moins en moins performants, et restent souvent intéressants plus pour leurs avantages fiscaux que pour leurs rendements. Les placements classiques restent néanmoins aussi les plus sécurisés, et les plus judicieux sur le long terme. Cependant, dans une recherche permanente de rendements toujours plus forts, ou en pensant ainsi diversifier correctement leur portefeuille, certains investisseurs commettent l’erreur de placer leur argent dans des opportunités qui n’en sont pas réellement, car très risquées. Ces derniers finissent majoritairement par soit ne réaliser presque aucune performance, soit perdre de l’argent. Pour vous éviter ces erreurs, voici les 8 placements à ne surtout pas faire.

    Placement #1 : Les livrets

    Commençons par le plus évident. Les livrets, réglementés ou non, ne sont clairement plus du tout intéressants pour y placer votre argent. Leurs taux frisent le zéro, vous ne gagnerez donc que quelques euros d’intérêts chaque année pour plusieurs milliers d’euros placés. Même les supers livrets proposés par les banques en ligne, avec leurs taux promotionnels boostés, ne sont pas du tout rentables. En effet, ces taux promotionnels peuvent atteindre tout au plus les 3%, mais pendant environ trois mois seulement. Le seul avantage de ces livrets est que votre argent reste intégralement disponible à tout moment, et qu’un retrait n’entraînera pas la fermeture de ce livret, si vous y laissez un montant minimum, généralement autour de 10€. Ainsi, le seul cas où il est judicieux de placer son argent sur un livret est le cas où vous auriez besoin de vous constituer une épargne de précaution, qui soit disponible à tout moment pour faire face aux aléas du quotidien.

    Placement #2 : Le Forex

    Trader sur le Forex consiste à investir dans des CFD sur le marché des devises. Les CFD suivent les performances d’actifs tels que les paires de devises, les matières premières, les indices et certaines actions. Ce sont des produits à effet de levier, où vos gains, mais aussi et surtout vos pertes, peuvent être décuplées. Avec internet, le Forex est rapidement devenu accessible à tous, d’autant plus que la plupart des courtiers en ligne permettent à leur client d’investir de très petits montants, parfois jusqu’à 100€ seulement. Ce marché très volatile sur lequel on s’échange des produits financiers extrêmement risqués comporte ainsi énormément d’investisseurs débutants, qui côtoient les rares experts qui parviennent à y réaliser des performances. Concrètement, 90% des investisseurs sur le Forex perdent de l’argent. Ainsi, à moins que vous ne soyez un trader expérimenté et spécialisé sur ce type de marché et ce type de produit, s’y aventurer sera une énorme erreur qui pourra vous faire perdre énormément d’argent.

    Placement #3 : Les fonds en euros

    Les assurances vie ont presque toujours autant de succès auprès des épargnants à l’heure actuelle. Or, ces dernières sont majoritairement constituées, en partie, de fonds en euros. Et il s’avère que depuis quelques années, les performances des fonds en euros ont considérablement chuté. En 2016, les spécialistes estiment que les performances des assurances vie contenant des fonds en euros devraient chuter pour atteindre une moyenne tournant autour de 0,9%, contre environ 2% annoncés. Ainsi, si les assurances vie restent des placements relativement sécurisés, leurs performances les rendent inintéressantes. Vous pouvez tout de même, éventuellement, opter pour un contrat multi-support si vous avez la possibilité de répartir votre capital de façon à minimiser l’impact du fond en euros sur votre portefeuille global. En dehors de cette solution, opter pour une assurance vie n’est pas du tout intéressant pour l’instant.

    Placement #4 : Les œuvres d’art

    Beaucoup d’investisseurs pensent diversifier leur portefeuille et innover en investissant dans des marchés de niche, tels que les œuvres d’art. Il s’agit, pour commencer, d’un marché très particulier, constitué de collectionneurs passionnés, qui obéit à ses propres règles. Ensuite, le marché de l’art est un formidable terrain de jeu, malheureusement, pour les arnaqueurs et autres faussaires. Il y a déjà eu de nombreuses affaires de faux tableaux par exemple, avec notamment des faux tableaux de grandes maîtres, peints par un faussaire certes de talent, mais qui n’avaient aucune valeur et ont inondé le marché pendant plus de trente ans. Même si le tableau est vrai et a une valeur fiable, le support d’investissement qui l’accompagnera sera bien souvent au mieux décevant, au pire une arnaque. Bien que l’autorité des marchés financiers (AMF) veille au grain, les œuvres d’art sont un investissement à éviter à tout prix, qui risquent de vous faire perdre de l’argent et ne permettent pas une diversification viable de votre portefeuille, peu importe sa composition actuelle.

    Placement #5 : L’or

    L’or est considéré par beaucoup comme la valeur refuge par excellence, et ce depuis très longtemps. Mais il est malheureusement source de déception pour de nombreux épargnants, à qui l’on promet performances et sécurité. En effet, pour commencer, le cours de l’or peut s’avérer extrêmement volatile, et subir des mouvements d’une amplitude parfois tout bonnement démentielle. Par exemple, le prix du lingot d’or a été presque multiplié par trois entre 2006 et 2012, pour ensuite perdre de nouveau pas loin de 40% de sa valeur en 2013. Par ailleurs, l’achat et la vente d’or n’étant pas suffisamment bien réglementés, ce marché est également source de nombreuses arnaques, comme par exemple celles, les plus connues, qui consistent à vous proposer d’acheter de l’or physique conservé dans des zones dites « neutres » telles que la Suisse. Dans ce cas-là, fuyez, car il est très probable que vous ne revoyiez jamais votre argent, et que vous n’ayez aucun recours ou presque.

    Placement #6 : Les terres agricoles

    L’investissement dans des terres agricoles n’est, pour commencer, pas accessible à tous les portefeuilles. Bien souvent, ceux qui s’y intéressent le font pour les avantages fiscaux liés à l’ISF dont ces biens permettent de bénéficier. Néanmoins, pour bénéficier de ces avantages fiscaux, il faut remplir des conditions bien précises et assez drastiques, et ces avantages peuvent en plus être annulés en cours de route si pour une raison ou pour une autre vous ne remplissez plus ces conditions d’éligibilité. Par ailleurs, investir dans les terres agricoles est beaucoup plus risqué qu’il n’y paraît. Vous n’avez presque aucune garantie de pouvoir réaliser une plus-value en cas d’achat-revente, par exemple.

    Placement #7 : Les vignes

    Déjà, il faut bien différencier l’investissement dans des vignes de l’investissement dans des bouteilles de grands crus, même si les deux ne sont non seulement pas intéressants en termes de bénéfices, mais sont en plus très risqués. Il s’agit également d’un marché plutôt réservé aux gros investisseurs, où il faut avoir d’excellentes connaissances en œnologie pour pouvoir déceler les quelques bonnes opportunités qui s’y trouvent. Les investissements dans les bouteilles de vin sont, en plus, source de nombreuses arnaques. Ainsi, ne perdez pas votre temps à tenter de faire le tri entre les bonnes et les mauvaises opportunités, vous risqueriez surtout de perdre votre capital.

    Placement #8 : Les PME

    L’investissement dans les PME est l’exemple typique de l’opportunité qui paraît très alléchante sur le papier, mais dont la réalité est toute autre. Beaucoup se laissent tenter par ce type d’investissement car il offre des avantages fiscaux. Par ailleurs, il permet en théorie d’investir dans des projets innovants et prometteurs auxquels on peut croire et vouloir s’investir personnellement. L’objectif est donc de gagner de l’argent grâce au développement de la PME dans laquelle on a investi. La réalité est bien moins glorieuse. En effet, les avantages fiscaux offerts aux investisseurs de PME ont eu un effet pervers sur l’évaluation des valorisations des PME, ce qui a pour conséquence de rendre leur revente presque impossible. Et si vous envisagez de passer par un fond commun de placement dans l’innovation (FCPI), vous pouvez déjà écarter cette idée, ces derniers ayant récemment réalisé des performances exécrables. Enfin, n’oubliez pas que quand vous investissez dans une PME, les performances de votre investissement dépendront directement du succès de cette dernière, ce qui en fait un placement extrêmement risqué.

    Conclusion :

    Au final, même si leurs performances sont moins élevées qu’il y a quelques années, les produits de placement classiques restent tout de même encore les plus judicieux. Vouloir sortir des sentiers battus et investir dans des placements dits « exotiques » sera dans la grande majorité des cas une erreur, qui pourrait vous faire perdre de l’argent au lieu de vous en faire gagner. Si certains de ces placements paraissent alléchants sur le papier, la réalité est toute autre. En matière de placements, innover peut parfois être  une bonne chose, mais ne vous laissez pas avoir par n’importe quelle nouveauté qui arriverait sur le marché. Bien souvent, ceux à qui ces opportunités profitent sont leurs émetteurs, autrement dit ceux qui en font la promotion. Pour réaliser des performances sur le long terme, votre portefeuille devra avant tout être sécurisé et convenablement diversifié, par des méthodes qui ont déjà fait leurs preuves. Ces placements exotiques sont, au mieux, destinées aux initiés, mais même ces derniers peuvent s’y casser les dents.

      Voir aussi: Placements