Des jeux de société sur le thème de l’argent existent déjà depuis longtemps. Les plus connus d’entre eux sont le Monopoly ou encore La Bonne Paye. Cependant, même si on investit de l’argent fictif dans ces jeux, on n’apprend pas pour autant les règles de l’investissement. Les règles de ces jeux sont volontairement simplifiées au maximum pour les rendre ludiques et surtout familiaux. On doit pouvoir jouer avec ses enfants pendant les longues soirées d’hiver. Il existe pourtant un jeu de société tout aussi ludique mais plutôt destiné aux adultes, qui apprend réellement aux joueurs des règles d’investissement qu’ils peuvent appliquer dans la vie réelle. Ce jeu de société est moins connu du grand public, notamment en France. Il s’agit du jeu Cashflow, basé sur l’ouvrage Père riche, père pauvre de Robert Kiyosaki.

    Une personne qui souhaite se lancer dans des investissements afin de se constituer un patrimoine pour, à terme, générer un revenu régulier et conséquent, devra apprendre certaines règles élémentaires pour pouvoir faire les meilleurs choix et prendre des décisions judicieuses et avisées. Or, apprendre les bases de l’investissement, de la finance, de l’économie etc. peut être parfois rébarbatif et fastidieux. Le jeu Cashflow a été spécialement conçu pour que vous puissiez apprendre ces concepts de base de l’investissement tout en vous amusant. On assimile mieux des informations lorsqu’on y prend du plaisir. Alors certes, vous ne deviendrez pas le plus grand investisseur au monde uniquement grâce à ce jeu. Néanmoins, il vous permettra d’acquérir des bases solides qu’il ne vous restera plus qu’à approfondir ensuite par des moyens plus classiques. En quoi consiste ce jeu ? Quelles en sont les règles ?

    Un jeu sur l’argent qui éduque les adultes

    Plus qu’un jeu, Cashflow se présente comme un véritable outil éducationnel. Il est conçu de telle sorte qu’il apprend aux joueurs les concepts fondamentaux qu’ils doivent assimiler afin de faire de bons investissements. Le but du jeu, comme le dit l’auteur dans certains de ses ouvrages, est de faire travailler l’argent pour vous et non de travailler pour l’argent. Le jeu est fait sous forme de simulations de vraies situations que vous pourriez rencontrer dans la vie réelle. Il est volontairement très réaliste, ce qui fait que quand vous investissez dans le jeu, cela se déroule presque comme si vous investissiez dans la vraie vie, la paperasserie en moins. Ainsi, contrairement à des jeux plus universels, mais moins réalistes, tels que le Monopoly ou La Bonne Paye, le jeu Cashflow n’est pas destiné à tous les publics. Il peut se jouer à partir de l’âge de 14 ans. Comptabilité, investissement, finance, économie, tous les sujets sont abordés et compréhensibles dès l’âge de l’adolescence. Robert Kiyosaki, l’auteur du jeu et du livre dont il s’inspire, a lui-même commencé dès son plus jeune âge à raisonner en termes d’investissement et d’indépendance financière, même s’il n’a concrétisé ses rêves qu’à l’âge adulte. On connaissait les jeux éducatifs pour les enfants, voici désormais un jeu de société éducatif spécialement conçu pour les adultes. Le jeu Cashflow est disponible en deux versions dont le niveau de difficulté est différent. La version 101 conviendra aux débutants tandis que la version 202 est destinée à des investisseurs déjà un peu expérimentés, ou aux joueurs maîtrisant déjà la version 101.

    La notion de « Rat Race »

    Dans le jeu de société Cashflow tout comme dans le livre Père riche, père pauvre qui lui est associé, vous entendrez fréquemment parler de la notion de « Rat Race ». L’un des objectifs lorsqu’on joue au jeu de société Cashflow est de sortir de la Rat Race. La Rat Race ou « course de rat » en français, est une expression anglophone basée sur la métaphore du rat de laboratoire qui tente de sortir d’un labyrinthe ou qui court dans une roue. Elle désigne une course sans fin, ou des actions inutiles voire destructrices. Robert Kiyosaki utilise beaucoup cette expression dans ses livres pour désigner le salariat, ou plus précisément le fait de devoir travailler sans fin et sans relâche pour subvenir à ses besoins. Dans le jeu Cashflow, le but est donc de sortir de ce cercle vicieux en travaillant pour générer un revenu passif régulier, afin, à terme, de ne plus avoir besoin de travailler. Vous entrez alors dans une optique où vous faites travailler votre argent pour vous, au lieu de travailler pour l’argent.

    Les règles du jeu

    Au début d’une partie de Cashflow, vous allez tout d’abord devoir choisir un rêve que vous devrez réaliser plus tard. Le choix des rêves est plutôt vaste et éclectique, avec des rêves tels que créer un parc d’attraction, élever des dauphins en Australie etc. Ensuite, un métier vous sera attribué. Vous commencerez donc le jeu en tant que salarié. Là encore, toutes les catégories socio-professionnelles sont représentées, avec des métiers qui vont du plombier au médecin. À cette étape, déjà, vous verrez que contrairement à ce que vous allez probablement penser, il n’est pas nécessairement plus avantageux de démarrer le jeu en étant médecin qu’en étant plombier. En effet, si le médecin gagne plus d’argent, il a aussi et avant tout un train de vie, donc des dépenses, beaucoup plus élevé. Or, le but du jeu sera plus tard de générer des revenus automatiques qui permettront de couvrir toutes vos dépenses courantes. Donc plus vous avez de dépenses dès le départ, plus la partie risquera d’être compliquée.

    Le jeu vous apprendra les notions de passifs et d’actifs. Les passifs sont les dépenses courantes obligatoires telles que le loyer, les crédits, les factures d’énergie etc. Les actifs sont vos revenus, qui seront donc dans un premier temps vos salaires, puis des revenus issus des investissements que vous ferez au cours de la partie. Une partie de Cashflow se déroule ensuite en deux étapes principales. La première consistera à sortir de la fameuse « Rat Race », en investissant dans l’achat d’actifs. Ainsi, au lieu de travailler pour avoir des actifs chaque mois (votre salaire), vous achèterez des choses qui vont générer ces mêmes actifs pour vous (investissements immobiliers, boursiers etc.). L’indépendance financière est atteinte lorsque le total des revenus générés par les actifs que vous avez acheté dépasse le total de vos passifs. C’est là que vous entrez dans la seconde partie du jeu, appelée le « Fast Track ». Maintenant que vous avez atteint votre indépendance financière, vous devrez continuer à investir de façon plus intense afin de vous enrichir, le but final étant de réaliser le rêve que vous avez choisi en début de partie.

    Sur le plateau du jeu, il y  a différents types de cases sur lesquelles vous pourrez tomber et qui influencera votre partie et votre vitesse de progression dans le jeu :

    • La case « Jour de paie »
    • Les cases « Opportunité » qui sont les plus nombreuses, et vous permettront d’effectuer différents types d’investissement
    • Les cases « Doodads », qui correspondent à des dépenses inattendues. Dans le jeu, une case Doodad peut aboutir, par exemple, à la naissance d’un bébé qui, bien qu’il soit un heureux événement, constitue un poste important de dépenses imprévues, donc de passif.
    • Les cases « Downsizing » : vous perdez 2 tours et devez payer une partie de vos dépenses à la banque.
    • Les cases « Charity » : Elles vous donnent la possibilité d’utiliser un ou plusieurs dés supplémentaires pour les tours suivants, si vous acceptez de donner 10% de votre salaire à une œuvre de charité.
    • Les cases « Marché » : Elles vous permettent de vendre certains de vos investissements, si vous le souhaitez, ce qui peut vous faire gagner ou perdre de l’argent selon l’état de ces derniers (possibilité ou non de réaliser une plus-value).

    Conclusion :

    Ce jeu de société ludique vous permettra de vous familiariser avec les rudiments de l’investissement, d’en apprendre les rouages et le fonctionnement global. Il conviendra tout aussi bien à un débutant qui souhaite apprendre les bases d’une bonne méthode d’investissement tout en s’amusant, qu’à un investisseur confirmé qui y trouvera un loisir lui permettant de passer un bon moment en famille ou entre amis. Si vous n’avez pas lu le livre Père riche, père pauvre dont le jeu est inspiré, jouer à Cashflow vous permettra de connaître, au moins dans les grandes lignes, les idées, méthodes et principes que l’auteur y évoque. Robert Kiyosaki est l’un des plus grands entrepreneurs et investisseurs au monde. Il a construit sa fortune en partant de rien, et en apprenant à bien investir directement sur le terrain. Son parcours sert encore aujourd’hui d’exemple à de nombreux investisseurs, qui réussissent notamment en suivant les conseils qu’il prodigue dans ses différents ouvrages. Avec le jeu Cashflow, vous pourrez « jouer à être Robert Kiyosaki », et faire des investissements fictifs comme lui les ferait dans la vie réelle. Couplé à un apprentissage et une mise en pratique plus classiques, ce jeu vous offrira de nouvelles perspectives pour vos stratégies d’investissement et fera office d’exercice ludique pour mettre en application ce que vous aurez appris.

      Voir aussi: Uncategorized