La journée type d’un day trader se divise en trois zones principales, aux mouvements et aux caractéristiques distincts. Même s’il est évident que les marchés peuvent être parfois imprévisibles, il est essentiel pour un day trader de bien connaître les mouvements généralement constatés durant ces trois périodes. Cela lui permettra d’ajuster ses périodes de trading, autrement dit de savoir précisément à quel moment se positionner sur le marché. Il pourra également profiter de ces informations précieuses pour développer des techniques et stratégies adaptées à la période de temps choisie, et de les ajuster à certains événements. Volumes d’échange, volatilité, tendances d’une zone à une autre, le day trader devra prendre toutes les variables en considération afin d’adapter au mieux sa stratégie et de saisir les meilleures opportunités. Voici les 3 zones de temps typiques d’une journée de trading qu’il vous faudra connaître, avec leurs caractéristiques et leurs spécificités.

    Zone #1 : De 9h00 à 11h30

    Dans cette zone, les cours auront un comportement différent s’ils sont haussiers ou baissiers. Ainsi, si les indices se dirigent à la hausse durant les 20 à 30 premières minutes suivant l’ouverture du marché, cette hausse aura tendance à s’essouffler. Pour quelle raison ? Parce qu’il faut également tenir compte des actions menées par les traders en position de vente durant cette toute première période de la journée. En effet, quand le marché ouvre avec une forte demande acheteuse, les vendeurs tentent, de leur côté, d’imposer leur prix, autrement dit de vendre rapidement leurs positions pour en tirer le meilleur profit avant que les indices n’aient trop augmenté. Ainsi, une fois la première vague acheteuse passée, la demande diminue et les prix retombent.

    Une fois ces 30 premières minutes très agitées écoulées, une seconde vague acheteuse aura tendance, le plus souvent, à se manifester. Ce sont les actifs qui auront légèrement baissé en fin de première vague qui s’avéreront être les plus forts, autrement dit les premiers à repartir à la hausse. Si cette vague haussière persiste jusqu’à la fin de la première zone, alors cela signifie que la tendance haussière est probablement forte, et susceptible de perdurer toute la journée.

    Si la journée de trading démarre par une baisse des cours, le phénomène est alors sensiblement le même que pour un démarrage en hausse, mais évidemment inversé. Ici, ce sont les acheteurs qui participeront à l’essoufflement de la première vague vendeuse de la journée, car ils chercheront alors à se positionner à l’achat au meilleur prix, et/ou à clôturer leurs positions déjà ouvertes en limitant leurs pertes ou en maximisant leurs gains, suivant leur situation à ce moment-là. Si la volonté des vendeurs de clôturer leurs positions est très forte, il arrive alors que le cours ouvre avec un gap baissier.

    Une fois la première demi-heure de baisse passée, la seconde vague baissière viendra poursuivre le mouvement déjà entamé par les valeurs les plus faibles. Là aussi, si le mouvement baissier persiste jusqu’à la fin de la zone 1, alors cela signifiera généralement que la tendance baissière est forte, et que le mouvement pourra perdurer toute la journée.

    Zone #2 : De 11h30 à 14h30

    À partir de 11h30, la zone 2, appelée également zone morte, démarre. Les volumes d’échange s’estompent, ainsi que la volatilité. Les mouvements des actions commencent alors à ralentir et à s’essouffler.

    Si la tendance a été fortement haussière en zone 1, alors la période de volatilité pourra se prolonger sur la zone 2, surtout si les volumes sont supérieurs à la moyenne habituellement constatée pour la même période. Les valeurs ayant une tendance haussière moyennement forte auront tendance à se stabiliser et à ralentir, tandis que celles ayant une tendance faible pourront repartir en légère baisse.

    Si, au contraire, la tendance a été fortement baissière en zone 1, là encore, elle pourra se prolonger sur la zone 2. Contrairement aux tendances haussières, ici, les volumes d’échange n’ont pas besoin d’être élevés pour que ce phénomène se produise. Seuls les actifs les plus forts peuvent résister à ce type de mouvement, voire remonter plus tard dans la journée lorsque les acheteurs recommencent à se manifester.

    Pourquoi la zone 2 subit-elle une telle baisse des volumes d’échange, et donc, le plus souvent, de volatilité ? L’explication est très simple. C’est au cours de la période définie par la zone 1 que les opérateurs de marchés passent tous les ordres de leurs commanditaires. Passé 11h30, les ordres ont été placés, et ils n’ont plus qu’à attendre de pouvoir observer leur évolution et…aller déjeuner ! En zone 2, les personnes qui passent des ordres sont très peu nombreuses, ce qui explique qu’en toute logique, les volumes d’échange s’essoufflent et que la volatilité baisse.

    Les faibles volumes et la faible volatilité peut laisser penser, notamment aux traders débutants, qu’il s’agit du moment le moins risqué de la journée pour investir. C’est en réalité tout le contraire ! Les faibles demandes, les faibles volumes et le manque de liquidité peuvent entraîner des fluctuations brutales, désordonnées et imprévisibles. C’est le meilleur moment de la journée pour… perdre de l’argent !

    Zone #3 : De 14h30 à 17h30

    C’est dans cette zone que les cours des marchés français sont les plus influencés par les mouvements des indices américains, et pour cause, à ce moment de la journée, le marché new-yorkais de Wall Street est ouvert.

    Si nous sommes dans une journée haussière, alors les valeurs qui auront déjà bien progressé durant la matinée entreront dans une seconde phase haussière. D’autres valeurs qui auront été moins actives pourront alors « se réveiller », et augmenter également.

    Si la journée a été jusqu’ici baissière, alors les valeurs qui auront déjà perdu du terrain durant la matinée entreront dans une seconde phase baissière. Les valeurs qui auront quant à elles résisté pourront montrer des signes de faiblesse.

    Ainsi, comme vous avez pu le constater, chaque zone a ses propres caractéristiques, tout en étant en quelque sorte liées entre elles. Si la zone 2 reste la plus difficile à trader, cela ne signifie pas qu’elle est à éviter à tout prix. Elle sera notamment mieux adaptée au scalping. Les zones 1 et 3 possèdent certaines similitudes, les événements de la zone 1 permettant notamment d’anticiper les mouvements éventuels qui auront lieu dans la zone 3. En fonction de votre stratégie, de vos objectifs, mais aussi de votre mode de vie et de travail, vous pourrez opter pour la zone qui conviendra le mieux à votre profil et à votre situation.

    Quand faut-il arrêter de faire du day trading ?

    Bien connaître les 3 zones du day trading vous permet aussi de savoir quand il ne faut surtout pas prendre position sur le marché. Cela vous permet également de mieux organiser votre journée, et de ne pas rester les yeux rivés sur votre écran de l’ouverture à la clôture, ce qui n’est pas nécessaire, voire peut être dangereux.

    Sur les marchés financiers, il arrive même que des journées entières soient à faible volatilité, et qu’aucune opportunité ou presque n’y soit intéressante. Un trader expérimenté saura alors marquer une pause, et rester en dehors des marchés financiers. Ce temps pourra être malgré tout productif, en le consacrant par exemple à analyser les derniers événements, ajuster sa stratégie, faire le point sur l’atteinte de ses objectifs etc.

    Voici les situations où il faut éviter de faire du day trading :

    • La zone 1 ne décolle pas : Si pendant la zone 1, les cours des actifs qui vous intéressent ne prennent pas de direction claire, ou oscillent entre une zone support et une zone de résistance, alors il est probable que vous assistiez à une journée d’accalmie. Les opportunités ne sont pas intéressantes car non rentables. Par ailleurs, cela pourrait aboutir à un retournement de tendance.
    • Des volumes faibles dès la zone 1 : Pour qu’une tendance soit forte, confirmée, durable, et donc intéressante à trader, il faut que les volumes d’échange soient élevés, particulièrement dès le début de la journée, dans la zone 1. Si vous constatez des volumes nettement inférieurs à la moyenne, passez votre chemin.
    • Plusieurs jours consécutifs de progression : Certains événements techniques peuvent mettre fin à une tendance même si cette dernière est au départ forte et durable. En moyenne, une action dépasse rarement les 3 à 5 jours de progression constante, dans un sens comme dans l’autre. Si l’action qui vous intéresse progresse déjà dans la même direction depuis plusieurs jours, méfiez vous. Cela aboutira probablement à une baisse de la volatilité et à un mouvement technique de correction, voire à un retournement de tendance dont le début sera difficile à prévoir.

    Conclusion :

    Intégrer la notion de zones et bien connaître leurs caractéristiques est crucial pour un day trader. Les day traders expérimentés savent, grâce à elles, quand entrer et sortir du marché de façon judicieuse, afin de maximiser leurs performances. Ils adaptent leurs techniques d’investissement en fonction du comportement journalier du marché. Si vous débutez, vous verrez qu’une fois cette notion bien intégrée, vos résultats s’en ressentiront positivement.

      Voir aussi: Bourse