Beaucoup d’épargnants et d’investisseurs ne prennent pas suffisamment la peine et le temps d’élaborer une stratégie de diversification aboutie avant de se lancer, particulièrement lorsqu’ils débutent. Or, diversifier son portefeuille d’investissement est indispensable. Tout investisseur passera tôt ou tard par cette étape, mais malheureusement souvent au prix d’erreurs qui lui auront coûté cher au niveau des performances. Une bonne stratégie de diversification ne s’improvise pas et un portefeuille mal diversifié sera tout aussi risqué qu’un portefeuille qui n’est pas diversifié du tout. Pour diversifier votre portefeuille comme il se doit, vous devrez tenir compte d’un certain nombre de facteurs tels que votre âge, votre situation professionnelle, vos revenus etc. En fonction de ces critères, vous pourrez adopter différentes stratégies et lignes de conduite.

    Stratégie #1 : Si vous êtes jeune, privilégiez les actions

    Comme le marché des actions est connu pour être volatile, de nombreux investisseurs débutants pensent qu’on peut y faire de bons investissements à court terme, qui rapportent beaucoup d’argent rapidement. Si certains pratiquent ce que l’on appelle du « day trading » avec des produits dits exotiques tels que les CFD, et avec plus ou moins de réussite, les actions, elles, ne s’envisagent que sur le long terme si on veut en tirer le meilleur parti. Ainsi, plus vous êtes jeune, plus il est judicieux d’allouer une partie plus importante de votre portefeuille aux actions. Aux États-Unis, certains pratiquent un calcul qui consiste à soustraire son âge au nombre 100 pour obtenir le pourcentage du portefeuille à allouer aux actions. Par exemple, si vous avez 30 ans, vous pouvez consacrer 100 – 30 = 70% de votre portefeuille à des investissements sur le marché boursier. Sans aller jusqu’à cette stratégie un peu extrême et plutôt risquée, c’est un bon exemple pour illustrer cette stratégie. En France, la pratique veut que les investisseurs les plus nombreux en actions aient en moyenne plutôt la cinquantaine, ce qui est un tort.

    Stratégie #2 : Imaginez le pire !

    Pour élaborer une bonne stratégie, il vous faudra avant tout évaluer votre aversion au risque, qui déterminera aussi par la suite la répartition des différents produits financiers au sein de votre portefeuille. Le meilleur moyen d’évaluer votre aversion au risque est d’imaginer le pire. Par exemple, si vous investissez dans des actions, imaginez que ces dernières puissent brutalement chuter d’au moins 50% du cours auquel vous les avez achetées. On parle ici d’une situation à court terme. Maintenant, réfléchissez à combien vous êtes prêt à perdre sur le court terme, toujours en pourcentage, sans que cela ne vous fasse céder à la panique. Multipliez ensuite ce chiffre par deux et cela vous donnera une idée du pourcentage qu’il vaudra mieux allouer aux actions, en fonction de votre aversion au risque. Par exemple, si vous êtes prêt à perdre temporairement et à court terme 10% de votre capital, vous pouvez allouer 20% de votre portefeuille à des investissements en actions.

    Stratégie #3 : Faites un bilan

    Évaluer votre aversion au risque est une première étape dans le bilan global qu’il vous faudra faire pour élaborer une bonne stratégie de diversification de votre portefeuille. La répartition de vos investissements ne dépendra pas que du risque, mais aussi d’autres facteurs importants. Parmi eux, des facteurs tels que votre âge, vos objectifs, vos projets, votre situation financière etc. seront également à intégrer dans votre stratégie. Sur la question des bilans, faites également des bilans réguliers des performances de vos investissements une fois votre portefeuille construit. Tout d’abord, cela entretiendra votre motivation. Ensuite, et surtout, cela vous permettra de faire les ajustements adéquats en cas de besoin, pour toujours chercher à optimiser votre portefeuille et ses performances au maximum.

    Stratégie #4 : Optez pour une banque en ligne

    Les banques en ligne sont encore boudées par beaucoup d’investisseurs français. Pourtant, elles sont globalement moins chères que les banques traditionnelles et offrent souvent de meilleurs services. Par ailleurs, la gestion de vos comptes en général et de votre portefeuille d’investissement en particulier sera beaucoup plus aisée pour vous. En effet, les banques en ligne permettent beaucoup plus de flexibilité et de réactivité. Pas besoin de prendre systématiquement un rendez-vous avec votre conseiller pour la moindre opération. Tout se fait par internet, par email, ou par téléphone. Le gain de temps est considérable et les démarches s’en trouvent de fait simplifiées. Par ailleurs, il existe des banques en ligne généralistes mais aussi des banques spécialisées, comme par exemple Boursorama qui est, comme son nom l’indique, spécialisée dans les investissements boursiers.

    Stratégie #5 : Faites un plan d’investissement

    Une stratégie d’investissement doit être précise. Faites un plan d’investissement, dans lequel vous définissez à l’avance tous les types d’investissements que vous ferez, les montants que vous allouerez à chacun d’eux, le pourcentage de votre portefeuille global que chaque investissement représentera etc. Par exemple, vous pouvez décider de consacrer 20% de votre portefeuille à des fonds en euros via une assurance vie, ce qui représentera un placement de 10 000€, puis 30% à des actions etc. Dans votre plan d’investissement, allez le plus loin possible dans les détails. N’hésitez pas à y définir déjà, par exemple, quels fonds en euros vous choisirez, quelles actions, quelles obligations etc. Plus vous serez précis, mieux vous serez armé quand il s’agira de concrétiser vos projets.

    Stratégie #6 : Faites des apports réguliers

    Si certains produits financiers imposent des apports réguliers, souvent sous forme de mensualités régulières, ce n’est pas le cas de tous. Cependant, peu importe les produits que vous choisirez, il est important de pouvoir y faire des apports réguliers. Ces apports ne devront pas obligatoirement être faits tous les mois, mais au moins tous les trimestres ou tous les semestres, maximum. Quand on construit un portefeuille d’investissement, le but n’est pas de le laisser dormir, bien au contraire. Même si votre capital initial est conséquent, le faire régulièrement grandir ne pourra que booster les performances de votre portefeuille, mais aussi vous laisser plus de latitude pour pouvoir ajuster votre stratégie, ou réagir rapidement en cas de besoin.

    Stratégie #7 : Maîtrisez vos émotions

    Les deux principales émotions dangereuses lorsqu’il s’agit de gérer ses investissements sont la panique en cas de pertes, et l’euphorie en cas de gains. Par exemple, si vous avez alloué une partie importante de votre portefeuille aux actions, et qu’une grande partie de ces dernières chutent brutalement, il ne faut surtout pas céder à la panique. Cette panique ne pourra que vous faire prendre de mauvaises décisions. Prenez le temps d’évaluer la situation. Généralement, une action qui subit une forte baisse fait ensuite ce que l’on appelle une correction. Le cours se rééquilibre tout seul, plus lentement, ce qui vous laisse le temps de réévaluer la situation. C’est la même chose dans le sens inverse. Admettons qu’au lieu de brutalement chuter, vos actions rebondissent soudainement vers le haut, et prennent une valeur considérable. L’euphorie du moment pourrait vous pousser à prendre des décisions tout aussi mauvaises telles qu’acheter plus d’actions, ou tout revendre subitement. Là encore, la maîtrise de vos émotions sera votre meilleure alliée.

    Stratégie #8 : Le ratio performance/risque

    C’est une des stratégies les plus pratiquées. Elle consiste à surveiller le ratio performance/risque, pour maximiser les performances tout en minimisant les risques. Pour ce faire, les investisseurs cherchent à acheter des actifs qui soient les moins corrélés possibles entre eux (secteurs d’activités radicalement opposés, pays différents etc.). Par exemple, si vous achetez une action française, évitez d’acheter une seconde action d’un autre pays européen. Préférez une action américaine ou asiatique. La diversification se fera également au niveau du type d’actif, en mélangeant les actions avec des Sicav, des FCP etc. Les investisseurs pratiquant cette stratégie aiment aussi beaucoup intégrer à leurs portefeuilles des achats de matières premières, qui sont réputées pour être des valeurs refuges, car généralement très indépendantes du marché boursier.

    Stratégie #9 : Adaptez votre portefeuille à votre épargne salariale

    Pour ceux d’entre vous qui bénéficient d’une épargne salariale, il est inutile et même contre-productif de vous en séparer. En revanche, dans votre cas, il sera primordial de diversifier votre portefeuille en tenant compte de votre épargne salariale. En effet, cette dernière implique l’achat d’actions dans votre entreprise. Privilégiez donc des investissements dans des actifs qui soient les plus éloignés possibles de votre secteur d’activité professionnel. De cette façon, vous diversifierez et sécuriserez votre patrimoine global, et pas uniquement votre portefeuille d’investissement personnel.

    Conclusion :

    Avec tous ces exemples de stratégies, vous pourrez gagner un temps considérable et éviter la plupart des erreurs de débutants qui pourraient vous faire perdre du temps, de l’argent, et des opportunités. En prenant le temps d’élaborer dès le départ une bonne stratégie pour diversifier votre portefeuille, vous aurez un contrôle total sur ce dernier et vous saurez exactement, à chaque instant, où vous mettrez les pieds. Cela vous permettra aussi de mieux anticiper les événements, et d’être plus réactif en cas d’imprévus. On ne le répètera jamais assez, un portefeuille bien diversifié est la clé de la réussite, c’est aussi simple que cela.

      Voir aussi: Placements