Les marchés sont parfois capricieux, c’est un fait que quiconque a pratiqué le trading a appris. Mais ils sont, dans une certaine mesure, prévisibles… Du moment que l’on possède les bonnes clefs de lecture. Et ils proposent un avantage immense : aussi erratiques qu’ils puissent sembler, ils ne mentent pas, les prix et leurs fluctuations sont des données objectives et techniques. Ces données peuvent devenir des outils dans votre pratique du trading, notamment pour vous permettre de déterminer quand entrer ou sortir d’une tendance de manière à maximiser vos gains. Elles ont l’avantage de fournir des supports visuels clairs : à vous de configurer votre logiciel de trading pour faire en sorte que les indicateurs dont nous avons parlé vous soient le plus facile à lire et sautent aux yeux ! Nous allons présenter dans cet article les indicateurs de résistance, de support, de canaux et de moyennes mobiles ; nous vous encourageons à lire notre article concernant les points pivots, qui présente certaines notions considérées comme connues ici.

    Indicateur #1 : Les résistances

    Lorsque la tendance d’un cours est à la hausse, on parle de résistance lorsque la hausse se heurte à un mur, la valeur au-delà de laquelle les acteurs des marché ne veulent plus acheter. Attention, il ne s’agit pas d’un prix fixe : les fluctuations des cours sont toujours fluides et il vaut bien mieux traiter la notion de résistance comme une zone de prix. Une résistance est confirmée si elle se rencontre au moins deux fois, on parle alors de résistance majeure ; évidemment plus la courbe cogne contre ce seuil, plus vous avez de confirmation de cette résistance. Tant que la courbe n’a heurté la résistance qu’une fois, il ne s’agit que d’une résistante mineure. La résistance est franchie si la courbe des prix dépasse ce seuil : c’est un de vos indicateur d’entrée dans le marché à l’achat.

    Indicateur #2 : Les supports

    Un support est l’inverse d’une résistance : le prix en deçà duquel les acteurs ne veulent plus vendre. Bien souvent, une résistance une fois franchie devient le nouveau support d’une action. Les notions associées à la résistance sont valables pour le support : vous avez affaire à un support mineur quand la courbe n’a “rebondi” qu’une fois contre ce seuil. Il s’agit d’un support majeur si la courbe des tendances a rencontré ce seuil au moins deux fois, et chaque rebond est une confirmation de la force du support. Le support est franchi quand les prix descende en dessous de la zone qu’il définissait, et c’est un des indicateur de sortie d’une tendance. Et toujours à l’inverse, un support une fois franchi devient une nouvelle résistance : le prix en deçà duquel les acteurs du marché ne souhaitaient plus vendre devient celui au-delà duquel ils ne souhaitent pus acheter.

    Indicateur #3 : Les canaux de tendance

    Les canaux de tendance sont une représentation visuelle qui vous permettront de déterminer s’il y a ou non une tendance, et si la tendance, le cas échéant, est à la hausse ou à la baisse. Il arrive que le cours d’une action reste clos entre un support et une résistance, rebondissant de l’un à l’autre : c’est qu’aucune tendance particulière ne se dégage. Le cas est relativement fréquent ; s’il se présente, assurez-vous avant toute transaction que les cours sont délimités par un support et/ou une résistance majeur. Assurez-vous, pour entrer à l’achat, que le point pivot se forme au même niveau que le point pivot support précédent ; à l’inverse, à la vente, que le point pivot se forme au même niveau que celui du point de résistance précédent.

    Il est aussi possible que les droites formées par les seuils de résistance et de support marquent, parallèlement l’une à l’autre, une progression -ou au contraire, une baisse. Ce sont là des indicateurs claires d’une tendance, haussière ou baissière respectivement, dont il convient de profiter. I vaut mieux dans ces situation aller dans le sens de la tendance générale : si malgré les à-coups, le canal de progression indique une hausse, achetez quand les points pivots approchent de la ligne des support ; et dans une progression à la baisse, vendez quand les points de progression approchent de la ligne des résistance.

    Dans tous les cas, attendez d’avoir au moins deux points pivots pour confirmer une résistance, un support et éventuellement leur hausse et leur baisse. Il est aussi important de notez que nous ne sommes pas dans le cadre des mathématiques, où les droites sont infinies : dans le cadre du trading, toutes les tendances prennent fin. Pour ce qui nous intéresse ici, c’est à dire le trading à court terme, considérez qu’une tendance va rarement durer plus de cinq jours ; lancez-vous quand un deuxième, voire un troisième point pivot confirme une direction. La différence entre la vivacité et la frénésie, entre entrer dans une tendance quand vous avez les signes qu’elle est là et faire des transaction en espérant une tendance, cette différence est celle qui se retrouvera dans votre portefeuille !

    Indicateur #4 : Les moyennes mobiles

    Nous entrons ici dans une partie davantage mathématique, mais rassurez-vous : rien qu’un collégien ne puisse comprendre et qui vous fourniront un indicateur visuel bien pratique ! La plupart des logiciels de trading proposent cette fonctionnalité, mais voyons quelles en sont les mécaniques. La moyenne mobile d’un cours est la moyenne de la somme des valeurs d’une action à la clôture sur un nombre de jour donné, divisée par ce nombre de jour. C’est la moyenne mobile arithmétique : il en existe d’autres, mais celle-ci a l’avantage d’être le résultat d’une équation simple et claire -et il est essentiel de bien comprendre le fonctionnement d’un outil pour bien l’utiliser.

    Puisque nous sommes dans le cadre des transactions sur le court terme, fixons ce nombre à 20 jours : la moyenne mobile sera donc la somme des valeurs d’une action à la clôture des marchés, divisée par 20. La raison de ce chiffre est que la moyenne mobile, par sa nature (elle s’appuie sur les valeurs passées) ne prédit rien à elle seule, elle n’annonce pas les tendance : mais comme nous allons le voir, elle permet de constater, de vérifier, et donc d’éviter les accidents. Augmenter le nombre de jours à partir duquel est calculée la valeur mobile n’a de sens que pour les opération à moyen terme, quand vous voulez observer une évolution sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. La courbe qu’elle forme donne un repère visuel extrêmement pratique et clair, indicateur qui lu en conjonction avec la courbe des points pivots, vous donnera une clef de lecture supplémentaire de l’évolution des marchés.

    Sa première utilité est de savoir quand ne pas l’utiliser : c’est à dire si elle ne marque ni tendance à la hausse ni tendance à la baisse, quand le canal de tendance n’indique aucune progression dans un sens ou dans l’autre. Dans cette situation, c’est une donnée parasite : mettez-là de côté et concentrez-vous sur l’utilisation d’autres outils. Par contre, si elle indique une tendance dans un sens ou dans l’autre, sa combinaison avec les canaux de progression et les points pivots est extrêmement précieuse et elle va devenir un indicateur clair d’entrée dans le marché.

    Si vous avez une tendance à la hausse confirmée par un canal de progression est une courbe de moyenne mobile, achetez uniquement si les points pivots se forment au dessus de cette courbe ; et si la tendance est confirmée à la baisse par votre analyse, vendez uniquement quand les points pivots se forment en dessous de la courbe. Attendez pour placer votre transaction, et dans les deux cas, la formation d’un point pivot… et lancez-vous !

    Quoiqu’elle ne soit pas à proprement parler un outil prédictif, la courbe des moyennes mobiles permet, dans une certaine mesure, d’anticiper les rappels à l’ordre du marché. Il se peut que vous observiez que sur une courte période de temps, les cours d’une action s’éloignent démesurément de cette courbe : ces sursauts du marché sont difficilement prévisibles, mais les moyennes mobiles permettent de les voir pour ce qu’ils sont : des éternuements qui n’annoncent pas nécessairement un rhume. Et si les cours peuvent être pris de frénésie momentanée -car plus le pic est intense, plus bref il est, vous devez garder la tête claire et savoir que participer à une tendance dans ces moments, c’est prendre un risque d’autant plus élevé que le sursaut est intense.

    En conclusion :

    Les indicateurs dont nous avons parlé vous seront indispensables dans votre pratique de trading sur des transactions à court terme, sachez les comprendre, les utiliser et les lire et vous augmenterez substantiellement vos profits ! D’autant qu’il serait dommage de se passer d’outils au fonctionnement simple et au résultat clair. Il est à noter qu’ils fonctionnent aussi très bien à moyen terme sur des transactions étalées sur des semaines, voire des mois : il suffit d’ajuster l’échelle de temps à la durée appropriée.

      Voir aussi: Bourse