Lorsqu’on envisage de placer son argent, on ne prête pas toujours attention à la fiscalité des produits proposés. Les gens se focalisent beaucoup sur les performances, au détriment parfois des avantages fiscaux. Pourtant, ces derniers sont parfois très intéressants et peuvent vous faire économiser beaucoup d’argent sur vos impôts. L’idéal est de trouver le bon compromis entre une fiscalité avantageuse et un rendement intéressant. Quels sont les produits de placement qui proposent des avantages fiscaux ? Quels sont ces avantages ? Voici le top 15 des placements pour payer moins d’impôts.

1. Investir dans une PME

Le fait d’investir votre argent dans une PME vous donne droit à une réduction d’impôt. Concrètement si vous investissez dans le capital d’une PME non cotée en bourse lors de sa création ou lors d’une augmentation du capital, vous avez droit à une réduction d’impôts de 18% sur le montant investi. Ce pourcentage peut monter à 25% dans certains cas. Ce crédit d’impôt est alloué dans la limite de versements de 50 000€ pour les célibataires et de 100 000€ pour les couples. Si votre versement excède le plafond annuel, un report est possible sur l’impôt de l’année suivante, dans la limite des 5 prochaines années. De même, conservez vos parts pendant au moins cinq ans, sans quoi votre avantage fiscal pourra être remis en cause voire annulé.

2. L’assurance vie

L’assurance vie, en plus d’être un bon produit d’épargne performant, possède certains avantages au niveau fiscal. Le prélèvement forfaitaire libératoire y est dégressif en fonction de la date de rachat de votre contrat. Ainsi, plus vous le conservez longtemps, plus la fiscalité est avantageuse, comme c’est le cas de beaucoup de produits d’épargne d’ailleurs. L’assurance vie reste l’un des produits d’épargne préférés des Français, parce qu’il possède justement cet équilibre recherché entre bon rendement et bonne fiscalité.

3. Le PERP

Tout en vous permettant de préparer votre retraite, le PERP vous fait aussi bénéficier d’avantages fiscaux. Les versements que vous effectuez sur votre PERP peuvent tout bonnement être directement déduits de votre revenu imposable. Dans certains cas, cela peut permettre à certaines personnes de changer de catégorie d’imposition et de payer considérablement moins d’impôts. Mais même si cela ne vous fait pas changer de tranche, vous pourrez tout de même faire baisser la facture de l’État à la fin de l’année.

4. Le PERCO

Le PERCO, ou Plan Epargne Retraite Collectif, possède le même avantage fiscal que le PERP, sauf qu’il est plus avantageux en termes de performances. Le PERCO est le plan d’épargne retraite proposé par les entreprises ayant mis en place une épargne salariale. Si votre entreprise a mis le PERCO à disposition de ses salariés, optez pour ce dernier plutôt que pour un PERP. Vous aurez les mêmes avantages fiscaux mais une meilleure rente lors de votre départ à la retraite.

5. Le contrat Madelin

Le contrat Madelin a été spécifiquement mis en place pour les travailleurs indépendants, les professions libérales etc., en bref, pour les travailleurs non-salariés. C’est l’assurance retraite des TNS. Construit sous forme de contrat d’assurance vie, le contrat Madelin a lui aussi les mêmes avantages fiscaux que le PERP et le PERCO, à savoir la possibilité de déduire les versements effectués du revenu imposable.

6. Le contrat de l’article 83 CGI

Le contrat de l’article 83, dont le nom fait référence à la loi fiscale qui s’y rapporte, est un contrat de type assurance vie mis en place par certaines entreprises à destination de tout ou partie de leurs salariés. Généralement, les employeurs réservent ces contrats à leurs salariés ayant le statut cadre. Le capital y est garanti, et l’employeur finance une partie du taux de cotisation. Le salarié peut y effectuer des versements volontaires. Fiscalement parlant, ce contrat bénéficie des mêmes avantages que les autres épargnes retraite, à savoir une déduction des versements du revenu imposable.

7. Le Préfon

Le Préfon est la retraite complémentaire des fonctionnaires. Si vous êtes fonctionnaire et souhaitez souscrire à ce contrat, vous bénéficierez d’une déduction des versements de votre revenu net global, dans la limite de 10% de vos revenus et de 8 fois le plafond annuel de la sécurité sociale. Si vous ne pouvez pas déduire la totalité des versements sur une année, vous pourrez reporter le montant restant et le déduire sur l’année suivante, dans la limite de 3 ans.

8. Le PEA

Le plan d’épargne en actions permet une exonération d’impôts sur les plus-values et les revenus du portefeuille. Les prélèvements sociaux seront en revanche effectués chaque année. Pour bénéficier de cet avantage, vous devrez conserver votre PEA pendant au moins 8 ans. Le cas échéant, une imposition dégressive sera appliquée en fonction du nombre d’années où vous aurez conservé votre PEA, autrement dit en fonction de la date de retrait.

9. L’immobilier

Certains investissements immobiliers donnent droit à des avantages fiscaux, comme par exemple ceux faits dans le cadre de la loi Pinel. La condition est qu’il s’agisse d’un investissement locatif et que ce dernier ne soit pas loué meublé. Les investissements immobiliers outre-mer, ou encore les investissements dans l’ancien avec travaux de rénovation, donnent également droit, sous certaines conditions d’éligibilité, à des avantages fiscaux.

10. Le FCPI ou FIP

Les Fonds Communs de Placements dans l’Innovation ou les Fonds d’Investissement de Proximité donnent également droit à des avantages fiscaux pour leurs investisseurs. Vous pouvez ainsi bénéficier d’une réduction d’impôt de 25% de l’investissement dans la limite de 12 000€ pour un célibataire ou 24 000€ pour un couple marié ou pacsé. Cet avantage est alloué à condition que vous conserviez vos parts pour une durée d’au moins cinq ans, et que vous ne déteniez pas plus de 10% des parts d’un fond.

11. La production cinématographique (SOFICA)

Une SOFICA est une Société pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel. Investir dans ce type de société vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 36%, dans la limite d’un plafond de 6480€. La contrepartie est que votre capital n’y est pas garanti, et il sera bloqué pour une durée pouvant aller de 6 à 10 ans. Pour souscrire aux parts d’une SOFICA, vous pouvez vous rapprocher de votre banque.

12. Le fond de partage

Un fond de partage consiste à faire don d’une partie de vos intérêts d’épargne à une ou plusieurs associations caritatives auxquelles le fond est associé. Lorsque vous faites un don, il est déductible des impôts. Le fait de passer par un fond de partage n’y change rien, c’est-à-dire que la partie allouée aux associations (entre 25 et 50% des intérêts touchés) sera déductible des impôts. Le plus par rapport à un don classique est que vous aurez tout de même fait fructifier votre capital, tout en aidant une cause qui vous tient à cœur.

13. Les panneaux solaires

Si vous investissez dans des panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité que vous revendez, vous allez de ce fait percevoir un revenu régulier. Ce revenu sera non imposable si les panneaux que vous possédez ont une puissance inférieure ou égale à 3kWc. Le cas échéant, vous devrez déclarer vos revenus comme des revenus professionnels. Cependant, si votre chiffre d’affaire ne dépasse pas 80 000€ par an, vous pouvez bénéficier du statut de micro-entrepreneur, et d’un abattement de 71% sur le CA avant calcul des charges.

14. L’investissement forestier

L’investissement forestier vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18% du montant de votre investissement dans la limite de 5700€ pour une personne seule et 11 400€ pour un couple. Pour en bénéficier, la surface du terrain forestier acquis ne doit pas dépasser 25 hectares au total et doit être au minimum de 5 hectares d’un seul tenant. Vous devrez également conserver votre investissement pendant une durée minimum de 8 ans pour bénéficier de la réduction d’impôt.

15. L’investissement viticole (GFV)

Investir dans un GFV, ou Groupement Foncier Viticole, donne droit à des avantages fiscaux. Les revenus issus de l’investissement viticole étant considérés comme partiellement professionnels, vous devrez choisir un régime d’imposition : soit le régime micro-foncier, soit le régime réel, en fonction de votre situation. Dans le premier cas, vous pourrez bénéficier d’un abattement de 30%, et dans le second cas, vous pourrez déduire les charges financières associées à l’investissement. Veillez à bien étudier les deux situations pour déterminer laquelle sera la plus avantageuse pour vous.

Conclusion :

Malgré toutes les réformes récentes du gouvernement et sa « lutte » contre les niches fiscales, de nombreux produits de placement proposent encore des avantages fiscaux très intéressants. Choisir un produit de placement qui soit à la fois rémunérateur et permette de faire des économies sur la feuille d’impôt est le choix le plus judicieux que l’on puisse faire pour placer son argent. Parmi ces 15 produits les plus avantageux sur le plan fiscal, il ne vous reste plus qu’à choisir celui qui conviendra le mieux à votre profil, vos objectifs, vos projets de vie etc.

Voir aussi: Impôts